Olivier Galinou – Saucisson

0
1990

Artiste de talent et musicien inspiré, aux textes à la fois amusants et pleins de sens, qui dépeignent la vie et ses "péripéties" de fort jolie manière, à la fois légère, ironique et pleine de de gravité, de mélancolie aussi, Olivier Galinou se pose d’ores et déja en espoir plus que confirmé de cette mouvance "chanson".

De surcroit, il a le mérite de jouer de tous les instruments qui ornent cet album, s’appuyant simplement sur les textes de Daniel Blanchard, lui aussi particulièrement inspiré, et qui gère également la partie pochette et dessins. Il est d’ailleurs à noter que ceux-ci sont remarquables et en parfaite osmose avec la musique d’Olivier, les deux complices ayant visiblement crée un univers singulier, bien à eux et en même temps extraverti, j’en veux pour preuve l’attitude d’Olivier avec le public lors de ses performances live.

Sur ce huit titres, le bordelais se contente d’une instrumentation sobre: piano, rhodes, piano toy et flûte constituent son seul accompagnement. Il élabore par ce biais un habillage sonore délicat, de toute beauté, sa voix douce venant parachever et magnifier une oeuvre probante. Et d’entrée, on succombe, on tombe sous le charme de ce trentenaire et de son macrocosme, charmés par ce qu’expriment ses chansons, hilares devant certaines paroles ("En bandoulière", par exemple ou l’on peut entendre "j’aurais les testicules comme un volcan"), émus devant d’autres ("Mon projet à moi", "Pour te plaire"), en tous les cas systématiquement captivés par ces morceaux charmeurs et accomplis, sans prétention si ce n’est celle de nous faire partager un moment, une émotion, une tranche de vie.  Un sourire aussi, une larme…

Car c’est bien ça qui guide Olivier, finalement: la sincérité, l’émotion, alliées à un sens de l’humour caractéristique des plus grands, cet humour qui, associé à un grand talent, distinguent ces "grands" des autres.

Pour conclure, un premier album qui annonce un avenir radieux, et un artiste à suivre de très près, dont on entendra forcément reparler, qui ne manquera pas de nous apporter à nouveau notre mot d’émotions et de bonheur musical.

En attendant, réécoutons, entre autres morceaux attachants, ce "Je rêve" aux textes éblouissants et à l’accompagnement obsédant.