Ada Oda « Un Amore Debole » (62 TV Records, 25 novembre 2022).

0
426

Ada Oda, c’est Belge et ça postpunke avec du chant en Italien. Amorcé en 2020 par César Laloux (The Tellers, BRNS, Italian Boyfriend), le projet trouve sa voix en la personne de Victoria Barracato, rencontrée sur le net. Ca nous donne, en guise de debut album, ce Un Amore Debole savoureux de bout en bout, sobre et sans excès, dynamique et exotique, d’une originalité dont on s’entiche à toute vitesse. Suivez-moi pour la visite, elle fait d’abord péter un titre éponyme aussi dansant qu’entrainant. La voix « ritale » est exquise, un peu mutine aussi. Moi je craque, toi tu fais c’que tu veux. Ca regorge de sons foufous, de guitares-gâteaux. Niente da offrire, speed, enivre et trace sa route sans mater dans le rétro. Mélodique et pétillant, il restera dans nos trognes. Stanca di te aussi, plus paisible et tout aussi irrésistible. J’en viendrais presque, au bout de l’audition, à me fader des leçons d’Italiano. Ada Oda ne se discute pas, surtout en termes de qualité.

Il s’écoute, jusqu’au bout des gougouttes qu’à l’évidence, il fera frétiller. Sur Mai mai mai, plus « rêveur », il prolonge l’entreprise de « plaisance ». Nul besoin de forcer le trait, de déborder sur le rimmel; il est bien assez beau comme ça. Non So Che Cosa Ne Sarà Di Me s’excite, fait du bruit, quitte les rails. Pop énervée, rock et traces folk, quand arrive La Maschera et ses parfaites mélopées, s’invitent au festin. Ada Oda se passe de défauts, ne présente que des avantages. Même tranquille, il fédère. Il Caos marie rythme sec, belles notes et chant détaché. Ada Oda possède cette approche, cette personnalité qui dans les plus brefs délais, nous le rendent sympathique. Bien que Bruxellois, donc géographiquement proche, il nous emmène loin. Si Fermerà, batailleur, nous replonge en terres post-punk nerveuses et mélodieuses.

Le contrepoint est parfait, ni plus ni moins. Plus loin Avevo Torto, vivace, juteux, pulse sans résistance possible. Il est court, donc encore plus efficace. Lui succède, et termine, un Domani à peine moins appuyé, charmant et fringant. A mi-chemin entre le direct et l’avenant Un Amore Debole, très…Ada Oda, sorti chez 62 TV Records, mérite nos pièces et sème la liesse. Déliez vos bouses les amis, vous serez à mille lieues de le regretter!