A quelques mois de l’arrivée de Protocol, premier album qui fera suite à l’ep Times, new romance (janvier 2019), Territory nous éclaire sur son projet…

1) Tout d’abord qui est Territory, comment a t-il vu le jour ? Qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné, vous avez franchi le pas et créé le groupe ?

Salut Muzzart ! 

Alors Territory a vu le jour en 2017 avec Alex, Adrien et Martin. On se connaît tous de nos anciens groupes, des bars où on a traîné/bossé puis un jour, on constatant qu’on aimait vraiment la même musique, on a franchi le pas et créé Territory.

2) Aviez-vous, avant Territory, connu d’autres expériences musicales ? Si oui, en quoi celles-ci « déteignent » éventuellement sur le son de Territory ?

Oui ! Par exemple Adrien et moi (Martin) avons joué un temps dans un autre groupe ensemble, Alex lui a eu d’autres projets aussi. Après, le style et le son de nos anciens projets ne ressemblent pas vraiment à la musique que nous créons ensemble aujourd’hui.

3) A l’écoute de Times, New Romance, votre premier EP sorti début 2019, j’entends les Pale Saints, Ride, Stone Roses pour le chant mélodique, mais aussi de la cold-wave (façon Motorama) ou une dynamique post-punk. De quoi « s’abreuve » le son de Territory, comment est-il conçu ?

Notre son, sur le premier Ep, était effectivement assez tourné vers la mouvance shoegaze : on aime l’esthétique (sonore et visuelle) de la scène New-Yorkaise des années 90 par exemple, mais aussi du vivier anglais des mêmes années. 

Donc beaucoup de guitares, des chorus sur la basse, et tout ce qui va avec évidemment.

4) Qu’avez-vous éprouvé quand l’ep est sorti ? Est-ce pour vous un étape décisive ?

Ca a été un super moment, c’est forcément la première étape pour chaque groupe ! Ca s’est plutôt bien passé pour nous, même si notre son avait déjà évolué à la sortie de l’EP Times, new romance.

5) Qu’est-ce qui fait que le son d’un groupe, à votre avis, peut-être qualifié de personnel, être entrevu comme porteur de l’identité de ce groupe ?

Le son d’un groupe vient des influences de chaque membre, donc il devient forcément personnel à partir du moment où tout le monde possède sa « propre » identité sonore. Après, bien sûr que les influences sont là et qu’elles participent à l’identité sonore d’une formation musicale ! 

6) De la même manière, comment se construisent vos textes ? Quelles en sont les sources, sont-ils sujet à véhiculer un message particulier ?

Nos textes sont principalement écris par Adrien: les messages transmis sont souvent des histoires liées à un vécu ou un ressenti personnel, une anecdote ou encore une histoire de coeur 🙂 

7) Vous venez de sortir « Decide », au clip joué live, en prélude à l’album « Protocol » prévu à l’automne 2021. J’aime beaucoup, il sonne comme du Rendez-Vous au sommet de sa forme ! Je le trouve par ailleurs plus rageur, moins rêveur dans le chant que les morceaux de votre EP initial. Préfigure t-il le contenu du disque annoncé ? Que pouvez-vous nous dire de celui-ci ?

Oui, Decide est un tournant et le prémisse de ce qui vous attend dans le reste de l’album : ce disque sera donc beaucoup plus brut, sec, moins vaporeux, plus direct si on veut. Et nous, on aime ça 😉

8) Ce choix d’un clip live résulte t-il d’un manque de set réels, de contact avec un public qui, depuis longtemps, fait défaut aux groupes comme le votre ?

Oui et non: on aime bien sûr énormément jouer en live et ça nous manque, notre musique est d’ailleurs faite pour être jouée sur scène. Le choix de ce clip résulte simplement de l’envie de montrer une énergie, directe, et non de raconter une histoire en particulier. On aime les clips à l’ancienne: simples rapides et efficaces.

 

9) La sortie d’un album, qui plus est le premier et suite à une période crise sanitaire, n’engendre t-elle pas une forme de pression, d’inquiétude quant à la façon dont il va être reçu ?

Bien sûr, il y a beaucoup d’albums qui vont sortir en même temps, beaucoup de dates à booker aussi! On ne sait toujours pas vraiment comment ca va reprendre d’ailleurs, mais bon… Notre inquiétude tient plus à la manière de défendre Protocol en live. Par ailleurs si les gens aiment, tant mieux: ça ne sera que du plus.

Mais oui effectivement, un premier album ça fait toujours un peu peur 🙂

10) Qu’avez-vous planifié cet été, avant l’automne, donc, et la sortie de « Protocol », en termes de dates et d’actions diverses ?

Pour l’instant la sortie de l’album est prévue pour octobre, on travaille avec Flavie de chez Pilori.
La release-party aura lieu le 22 octobre à la Boule Noire, et on bosse pour booker des dates après ça. Mais toujours pas mal dans le flou, à cause des mesures de restriction… 

Merci et hâte de tous vous retrouver en concert ! 

Page Territory