Actif dans pas moins de deux groupes et un projet solo, tous hors-champ, Seb El Zin (photo avatar: Paloma Blu) répond aux questions du webzine…


Anarchist Republic of Bzzz

1) Salut Seb, dans un premier temps merci pour cette nouveauté totale avec Anarchist Republic of Bzz et son sublime « United Diktatürs of Europe », que j’ai récemment découvert grâce à Christophe de chez Atypeek Music. Comment en es-tu arrivé à oeuvrer, sur ce disque, avec autant de pointures de la musique « décalée » ?

Etant moi-même un peu « décalé », je ne pourrais concevoir de proposer à des artistes commerciaux de jouer sur ce qui est mon projet le plus extrême disons…

Après, pointures ou pas, décalé ou pas, ce qui m’intéresse dans Bzzz, c’est de composer avec des sons. Je demande alors l’aide d’artistes dont la couleur sonore me semble intéressante vis à vis du projet que j’entends.

2) Comment cette « mixture » de tout premier choix a t-elle été reçue dans l’hexagone ? Le Français est parfois très frileux sur le plan musical…

La culture musicale francaise moyenne laisse à désirer….mais il y a pas mal de sites, blogs qui ont réagi a l’album. On a été « Coup de cœur de la Prog » sur FIP, on a également eu un article sur le site d’Arte-Tracks…

Cependant, la plupart de nos concerts et ventes d’albums viennent d’ Allemagne, Italie et récemment d’Angleterre après qu’un comédien anglais nous ait chroniqués sur BBC et sélectionnés parmi ses albums favoris.


Anarchist Republic of Bzzz par Kiki Picasso

3) Qu’est-ce qui a motivé, par ailleurs, la création de ce projet ?

Le projet à son origine est mis en place avec Marc Ribot, Arto Lindsay, Sensational et Mike Ladd. Il est beaucoup plus centré sur un mélange hip-hop noise. J’avais envie de quelque chose de sale et organique, et groovy. Un peu comme du blues post-moderne…

J’ai donc pris la quintessence du sale, la guitare rock-noise, et celle du groove, la voix de chanteurs afro-americains:) J’ai contacté Arto Lindsay qui a été intéressé par l’idée et m’a dit de passer à NY pour enregistrer. Ce que j’ai fait…

A l’origine c’est Jean-Francois Pauvros qui était le troisième guitariste de l’album. J’ai eu un crash de disque dur et j’ai quasiment tout perdu de ce qu’il a fait… Du coup, lorsque je suis revenu à NY pour une deuxième session de recording, Arto a appelé Marc Ribot, un de mes guitaristes préférés.

Le deuxième album a pris forme dans ma tête, à Istanbul : j’ai eu envie de mélanger tous ces nouveaux sons et rythmes auxquels j’étais confronté la-bas et de les passer dans le prisme du son du premier album…

4) Comment fait-on, dans un collectif aussi ouvert qu’Anarchist Republic of Bzzz, pour innover autant et rester aussi cohérent tout en expérimentant très largement ?

Il y a dans la technique de composition que j’ai mise au point pour Bzzz quelque chose de l’ordre de l’entonnoir. Des procédés proches de techniques littéraires plus que musicales, empruntées a Burroughs et Roussel…

Et puis il y a en musique, comme en cuisine, ce qu’on appelle des liants….

A chacun de trouver et d’expérimenter les siens, je pense que la cohérence vient des liants musicaux 🙂


Ithak par Ruddy Candillon

5) J’ai pu voir que tu créais aussi au sein d’Ithak, peux-tu m’en dire plus sur le parcours de ce groupe et sa genèse ? Un album est d’ailleurs tout proche, si je ne m’abuse…

Ithak est mon plus vieux projet. C’est un peu mon creuset d’expérimentation…

Le groupe a commencé en trio, batterie- sax baryton- guitare/voix. Au début c’était plus une espèce de post-punk dada, et puis, il y a eu un virage indus / psyché avec l’intégration de synthétiseurs. On a mis beaucoup de temps a sortir un album car on ne voulait pas en faire…par esprit de rébellion envers l’industrie du disque..:)

Du coup 7 ans séparent notre premier EP « El Aleph » (enregistré pour pouvoir démarcher les salles) et notre premier album !!!

En effet, on finalise 12 nouvelles compos pour un nouvel album qui devrait voir le jour début 2021.


Ithak (premier album, pochette signée Gokhan Burhan)

6) En « étudiant » le rendu de chacun de ces projets, je me rends compte qu’immanquablement, il est hors-normes, singulier. Serais-tu un « allergique au prévisible » ?:)

Oui sans doute… même dans la vie d’ailleurs! J’ai besoin de bouger tout le temps, d’ aller voir ailleurs si j’y suis…

7) En poussant l’échange et l’investigation, il s’avère que tu fais aussi du son en solo sous le nom de Seb El Zin, autrement dit le tien. L’audition de ton album « Grand bazar » donne le tournis, fait secouer la tête sans relâche et captive autant que celle de tes autres « bandes ». Ce titre est-il volontairement annonciateur de ce que l’on va trouver sur le disque au moment de l’écoute ?

Grand Bazar fait référence au marché couvert d’Istanbul, ville magique où cet album a été composé. Mais il y a évidemment un double sens, en référence à la situation politique et mondiale actuelle…

Mes projets sont souvent imprégnés, et se nourrissent, de géo-politique. C’est d’ailleurs un point commun que j’ai avec mon camarade Kiki Picasso qui a longtemps œuvré dans ITHAK (décors, costumes, interventions scéniques etc) et a créé toutes les couvertures d’Anarchist Republic of Bzzz.

Je ne pense pas que la musique de Grand Bazar soit un « bazar », ce n’est pas chaotique. C’est plutôt très dansant, je crois, même s’il y a une forte teinte cyber-indus….

Anarchist Republic Of Bzzz, de son côté, est nettement plus chaotique…


Seb El Zin “Grand Bazar” par Philippe Jacq

8) Tes influences, en solo, sont très larges. Où vas-tu donc « choper » toutes ces sources ?

Je crois être presque plus influencé par certaines lectures ou films, que par la musique. Il me semble indispensable, pour tout artiste, de se nourrir d’autres médias artistiques, mais aussi de publications scientifiques, d’ésotérisme, de théories fumeuses diverses….

Grand Bazar est très influencé par la SF évidemment, la cyber-culture etc…et bien entendu le “Traité des fluides sonores” du kabbaliste Abdul Vector Von Hassid.

9) Quelles différences fais-tu entre les 3 projets ? Le solo est-il un moyen de te recentrer sur des créations qui n’émanent que de toi, au contraire de celles produites avec Anarchist Republic of Bzzz et Ithak ?

Ca m’a pris un certain de comprendre que je ne pourrais pas tout exprimer et expérimenter au sein d’un même projet…

Ithak est le projet ou je chante, écris et m’autorise absolument tout.

Bzzz est sur une base impro-noise, avec des collaborations et un line-up changeant à chaque nouvelle incarnation.

Grand Bazar est plus électro et dansant.

10) Que retiens-tu de la scène française actuelle et/ou passée ? Contient t-elle des groupes ayant retenu ton attention ?

Par rapport à mes influences musicales, en Suisse, j’aime beaucoup des groupes comme les Young Gods ou Yello, par ailleurs Les Thugs, Rachid Taha, et puis toute la scene hip-hop des années 90.
J’aime bien certaines choses de chez Ed Banger. Années 70 sinon, Gong (eh oui c’est un groupe francais à la base!). En musique contemporaine, Grisey, Messiaen et Debussy.

Je dois dire qu’aujourd’hui, je suis un peu largué….

Il y a des choses supers, certainement, mais j’ai moins le temps d’écouter et je suis peut-être plus centré sur ma création qu’avant… mais je reste à l’écoute quand des potes me font découvrir des trucs !! Et puis j’avoue que je ne me limite pas – loin de là- à la musique hexagonale


Seb El Zin par Ruddy Candillon

Site Seb El Zin

Site Anarchist Republic of Bzzz

Site Ithak