Jazz sauvage au New Dreams d’Amiens avec Guillaume Perret & the Electric Epic…

0
1337
Difficilement manquable, le festival Tendance instigué par la Maison de la Culture d’Amiens offrait pour son final une bien belle affiche, Guillaume Perret & the Electric Epic, fort de son ahurissante mixture entre jazz, funk et métal figurant au menu du New Dreams attenant à la “MACU” locale.
Dans la lignée d’un superbe album aux sept titres qui suintent la liberté et l’inventivité, l’opposition délibérée, aussi, aux carcans des formats préétablis, le saxophoniste à l’investigation sonore permanente et extrêmement sensitive s’est fendu d’une prestation de tout premier ordre, flanqué de ses acolytes (tiens, ses bassiste et guitariste habituels ne sont pas de la partie…) au jeu dont la technicité se met au service du collectif. S’ensuit un set profond, dépaysant au possible et sauvage, entre puissance et velouté, d’un genre nouveau. Le seul regret tient en l’absence de chant (il y en a sur l’album et à mon sens, le live n’en aurait pas pâti, loin s’en faut), mais le brio du quatuor fait qu’en l’occurrence, on a bel et bien l’impression de vivre un moment unique. Signé sur Tzadik, le label de John Zorn, Perret s’inscrit pile-poil dans le même mouvance avant-gardiste que le New-Yorkais et peut se targuer d’élaborer, outre ces nouveaux territoires captivants, une discographie fournie et loin de se restreindre à un unique horizon.
En toute modestie, avec passion, et implication, il flatte l’oreille autant qu’il l’agresse avec adresse, la rythmique-serpent se glisse dans les interstices et une guitare tout-terrain pimente le tout, fou et racé. Son registre est de ceux qui osent et dédaignent le conventionnel au profit de le “recherche” et d’un collectif à la fois rigoureux et ouvertement free. Il va sans dire qu’on n’en rate pas une miette, le stand merch du groupe connaîtra d’ailleurs un succès mérité à l’issue du du concert. “Sonic et Epic”, le son façonné transporte et malmène la sagesse, dans une lumière diffuse qui lui sied parfaitement. On décolle, on plane tout en soubresauts bien sentis et on saluera bien entendu l’initiative d’un telle conclusion à un festival dont l’appellation aura trouvé dans la prestation du soir un écho retentissant et tout à fait éloquent.
Photos William Dumont.