Lafayette – Tn motor

0
910
Réduit à son noyau dur (Franck Hédin, guitare/Nathalie Loriot, chant) suite à la proposition faite par le premier à la seconde d’aller enregistrer à Nashhville, Lafayette, attiré par l’idée de retrouver le son des groupes y ayant enregistré (Black Keys, Jack White ou Hanni El Khatib…), prend donc la direction de ladite ville. Trois personnes accompagnent la paire, dont le batteur Olivier Ferrarin, et voilà la clique embarquée pour un enregistrement délibérément vintage…qui aboutit à ce troisième opus, de loin le meilleur du groupe.
Tn motor, c’est son nom, pétarade dans tous les sens, se passe de fioritures et va directement à l’essentiel sans tergiverser. Nathalie, survoltée, répond avec insolence au rock fougueux impulsé par la guitare de Franck, incandescente, et la frappe sauvage d’Olivier. En seulement dix titres à la durée souvent brève, Lafayette réalise un coup de maître, dans les pas de ce Keys to the riviera déjà explosif, entre groove dément et “frontalité” jouissive. Le prototype rock-soul, que suivront neuf autres plages non moins convaincantes: Why are you so churchy?, leste et incoercible, venant dans un premier temps affirmer la démarche du groupe. On retrouve entre autres l’approche sèche et sans détours, aride, des White Stripes, l’heure est à l’urgence racée (3% New York cream) et à aucun moment, la qualité ne flanche. C’es bien simple, on tient là un album majeur, brut et stylé, rageur (Whispering chains), et tempéré, brièvement mais avec justesse, quand il le faut. Nathalie fait merveille, le rock impétueux de ses collègues tout autant (les coups de boutoir de Born & rise from nowhere et son theremin virevoltant, puis un Deep blue castle du même tonneau), une pluie de riffs maousses anime un disque déjà impétueux. Plus loin, le rythme galopant d’Animal attraction confirme l’impact de Tn motor, qui demeure optimal quand le tempo baisse, et se termine sur un Sleep and die appuyé, digne des “exemples” cités plus haut qu’il dépasse même en intensité. A l’image d’un disque percutant, qui s’écoute d’une traite sans omettre le moindre morceau.