Aqua Nebula Oscillator – Spiritus mundi

0
858
Quatrième album et album de “transition” pour Aqua Nebula Oscillator que ce Spiritus Mundi puisque le groupe voit Shazzula, membre féminin oh combien remarqué, quitter le navire. Ce qui n’empêche nullement celui-ci de tourner, animé par un rock bluesy ou psyché des plus intenses et générateur de “dommages” mentaux qui finalement nous profitent.
En trois titres déjà, le décor est planté, la messe est dite ou presque et on navigue entre psychédélisme retenu, obscur (Spiritus mundi), heavy-blues-rock spatial issu des 70’s (Up in the sky) et rock fonceur d’obédience, presque, stoner (Turn on your mind). Dispersé, le début d’album n’en est pas moins bon et les quatre bonshommes affichent une belle maîtrise de leur sujet. Ils éclaircissent même leur propos sur Jungle man, moins opaque et très finaud, qui consolide joliment l’ouvrage de cette fin d’année 2013. Un peu à l’image d’Halo tears qui suit, subtil sans toutefois perdre de ses atouts sombres. Leur finesse étend d’ailleurs l’éventail d’ANO, déjà ouvert, puis le leste Rollercoaster les renvoie en terrain connu et bien assimilé, celui d’un climat sulfureux et torturé.
On s’éprend assez vite, d’autant plus lorsqu’on adule ce genre de musique, de Spiritus Mundi, à nouveau finaud sur Crystal man, du moins en son début, pour ensuite hausser sensiblement le tempo et “fuzzer” à tout va. C’est bon, c’est fait “maison” et on adorera le “traçant” Human toad, doté des mêmes atouts fuzzy et sans concessions. Et qui breake intelligemment pour couper la cadence et instaurer un passage haut perché dominé par les claviers.
Surprise ensuite avec Tu seras roi, chanté en Français et qui lui aussi, par l’entremise des synthés, emmène haut avant de complètement se poser. Etonnant mais pas complètement transcendant, avant Varanasi, court et sans réel relief. Et une conclusion appelée Frankie, plus brève encore mais qui exhale une belle acoustique, qu’on aurait surement apprécié de voir se prolonger.
Opus un tantinet décousu donc, mais néanmoins cohérent, fort de quelques passages forts, que cette nouvelle livraison d’un groupe difficilement contournable dans le genre avec lequel il est en phase.