Mémorable concert-choc du Kollektif AK-47 à la Lune des Pirates…

0
972
A la “Lune“, on ne se contente pas de permettre la découverte; on met parfois à l’honneur, aussi, les “vétérans” d’une scène rock au sens large (remember Nashville Pussy, entre autres, ou Parabellum) et cette fois, c’était le Kollektif AK-47 de Bernie Bonvoisin, Vivi Brusco, Farid Medjane et Ismaila “Izo” Diop, ex-Trust, ni plus ni moins, qui venait en faite trembler les murs, aidé en cela par le “nouveau” de l’équipée sauvage: Patrick Loiseau (basse). Seul Norbert Krief, qui s’adonne à sa carrière solo, manquant donc à l’appel.
L’évènement, pour le moins inratable, promettait et si on pouvait légitimement se poser des questions sur l’état de forme des intervenants, nous fumes bien vite rassurés, et irrémédiablement conquis, par le raz de marée dont ils se rendirent “coupables”. Bernie, bob/chemise hawaienne bien en vue, se faisant le chef d’orchestre, étonnamment percutant, d’un concert qui donne l’impression, de plus en plus prégnante au fur et à mesure de son déroulement, que “c’était hier”. Cogneur, complètement actuel dans le contenu verbal remonté et délicieusement passéiste dans les morceaux joués, de toute façon intemporels, émaillé de nouvelles compos “made in Kollektif” qui eux aussi envoient comme il se doit (Dieu dans vos bouches, par exemple), mêlés à quelques tueries signés Trust, Antisocial et tête en toute fin de gig évidemment, qui feront magnifiquement le pont entre Trust, à la fois mort mais délibérément et brillamment exhumé, et Kollektif AK-47 donc. Bernie, communicatif, assurant tout comme ses partenaires un lien étroit avec le public, très “quinqua”, on ne s’en étonnera guère, aux anges. Et faisant preuve, atout supplémentaire, d’une ironie et d’une lucidité “sociale”, saupoudrées d’un humour fin et piquant, diablement appréciables.
 
Les mecs, de plus, prennent de surcroît un plaisir visible, s’éclatent et nous éclatent. Le son est nickel, puissant mais distinct, l’alchimie intacte et les maniements de baguette de Farid, les poses et giclées guitaristiques de Vivi assurent un show ‘exception. Tout est dit ou presque, l’essentiel étant, outre des mots plutôt vains, de l’avoir vécu et “encaissé” pour en sortir groggy, positivement sonné et, avant tout, fier et heureux d’avoir partagé un pan de l’histoire Trust et, dans le même élan, l’avènement d’une nouvelle formation. Laquelle promet d’ores et déjà un album pour 2014, dans le prolongement d’une fin 2013 jonchée, comme l’annonça Bernie en prélude à sa prestation, de surprises réjouissantes et placée sous le signe du plaisir partagé.
 
Photos William Dumont.