Rob Sawyer – Stuff

0
3856

Par Amenina et Joseffeen

Nous avons rencontré Rob Sawyer juste avant son concert à l’Inca (28 rue Ste Colombe, Bordeaux) pour une interview sur la terrasse du café.
C’était le 12 juin dernier et le groupe bordelais Melba était en première partie.

Muzzart : Ton premier album intitulé ‘Stuff’ est sorti l’année dernière, tu peux nous en parler un peu?

Rob Sawyer : L’album se compose de chansons que j’ai écrites sur une période de deux ans. Nous les avons enregistrées nous-mêmes dans une maison à Geelong, c’est une ville qui se trouve à Victoria (en Australie), c’est à une heure à peu près de Melbourne. Je vivais dans cette maison depuis six mois, les amis avec qui je vivais ont déménagé et nous avons transformé la maison en studio. J’ai reçu une aide du gouvernement pour enregistrer l’album. J’étais censé dépenser l’argent dans un studio d’enregistrement mais nous avons acheté tout le matériel et nous avons enregistré l’album à la maison. Il y a d’autres musiciens sur l’album: un batteur et un bassiste. A la batterie, c’est Fab Pertile et à la basse, c’est Simo et il y a aussi un saxophoniste sur un des titres. Ce sont des amis à moi. Simo jouait de la basse dans un groupe punk et Fab a joué de la batterie sur mon premier EP.

Muzzart : Comment as-tu eu cette aide du gouvernement exactement?

Rob Sawyer : C’est une subvention qui s’appelle ‘Victorian Arts Grant’  et tous les ans… enfin, je ne suis pas sûr que ce soit encore le cas… ils donnent de l’argent pour des projets artistiques. Disons que si on est un artiste et que l’on veut créer un studio ou musicien et que l’on veut enregistrer un disque ou faire une tournée, il suffit de faire une demande en précisant ce que l’on veut faire, combien cela va coûter et comment on va dépenser l’argent. Je suppose qu’on ‘gagne’ l’argent d’une certaine manière selon la qualité du projet. J’avais un manager à l’époque, c’est lui qui a rempli le formulaire pour la demande et on a eu la subvention.

Muzzart : Où peut-on acheter ton album?

Rob Sawyer : Je n’ai pas vraiment de distributeur mais on peut le trouver sur le net en passant par ma page myspace, www.myspace.com/robsawyer ou directement sur le site qui le vend : www.musicplug.net.au, ils expédient partout dans le monde… sinon, il faut venir à un concert!

Muzzart : Beaucoup de gens te comparent à John Butler et on se demandait ce que tu en pensais…

Rob Sawyer : Au départ, ça ne me dérangeait pas et j’aime beaucoup ce qu’il fait, surtout ses premières chansons, mais je pense que nous sommes assez différents. J’ai fait pas mal d’interviews récemment et les journalistes me comparent souvent à John Butler et Xavier Rudd et j’ai envie de dire : ‘Et moi alors?’. Parfois ça m’énerve mais c’est aussi une bonne chose parce que les gens reconnaissent son succès et sa musique.

Muzzart : Quelles sont tes influences?

Rob Sawyer : Mes influences, c’est le reggae, Bob Marley évidemment.
La première fois que j’ai entendu jouer de la guitare acoustique jouée fingerstyle, c’était par un gars qui s’appelle Tommy Emmanuel… et puis Jeff Lang, c’est le boss! Mes influences, c’est un mélange de ça et de musique punk comme celle de Bad religion et de quelques groupes de punk australiens. J’essaie de jouer de la musique basée sur la guitare acoustique fingerstyle et d’amener d’autres influences. J’essaie d’y mêler la musique punk.

Muzzart : Qu’est-ce qui t’influence dans la musique punk?

Rob Sawyer: J’aime bien le fait que tout le monde se foute de tout comme pour dire ‘ça, c’est ma musique et si ça vous plaît pas, aller vous faire foutre’ (rires). Mon bassiste joue dans un groupe punk et je suis récemment allé voir quelques groupes jouer mais ils n’ont pas le succès que j’ai parce qu’il y a tellement de groupes punk et l’industrie est très dure mais ils adorent ce qu’ils font et se moquent de savoir qui aime ou pas. C’est une bonne façon de voir les choses. Et puis j’aime la musique quand elle est bourrée d’énergie et qu’elle fait vibrer.



Muzzart : C’est ta première tournée en France?

Rob Sawyer: Non, je suis venu en juin l’année dernière pendant deux semaines mais je ne suis pas venu à Bordeaux. J’ai commencé à Lille, je suis passé à Montpellier, Thionville, Lyon, Nice et Paris. Cette fois, je suis ici pour un mois et ensuite deux semaines aux Pays Bas. j’ai aussi fait quelques concerts à Londres et je vais revenir en France pendant quelques semaines pour faire d’autres concerts.

Muzzart : Tu as fait beaucoup de concerts en Australie?

Rob Sawyer : En Australie? Oui, depuis que j’ai terminé le lycée à 18 ans, c’était il y a trois ans. J’ai voyagé et fait des tournées avec divers artistes et puis tout seul pour faire la promo de ma musique. Récemment, il y a quelques mois en fait, on a fait notre première tournée avec un groupe et nous avons joué un peu partout en Australie. C’était cool. On a fait toute la route en voiture, ça faisait beaucoup d’heures passées au volant, on a dû faire 40 000 kilomètres en deux mois.

Muzzart : Quand as-tu commencé à faire de la musique?

Rob Sawyer: J’ai commencé à faire des concerts quand j’étais en dernière année de lycée, mais j’ai commencé à jouer de la guitare quand j’avais 14 ans. A l’époque je ne faisais que des morceaux instrumentaux et je me suis mis au chant il y a environ trois ans. Au début j’étais timide et mal à l’aise mais je pensais que ça permettrait à ma musique de passer à la vitesse supérieure et que ça élargirait mon public. Jouer de la guitare acoustique n’est apprécié que par un public plus âgé ou par des gens qui jouent de la guitare. Quand on chante, on peut avoir un style plus varié et qui plaît à toutes les générations.

Muzzart : Comment composes-tu tes chansons? Tu écris d’abord les paroles ou la musique?

Rob Sawyer : Un peu des deux. j’ai parfois des difficultés pour écrire les paroles mais c’est bien de partir en voyage comme ça, on rencontre plein de gens et c’est une bonne source d’inspiration. J’écris des bouts de paroles ici et là et je trouve les mélodies qui peuvent coller ou parfois je trouve les deux en même temps.

Muzzart : Comment travailles-tu avec ton groupe?

Rob Sawyer : Ca ne fait qu’un an que nous sommes un groupe alors pour l’instant, c’est ma musique. J’écris les parties de guitare et je les laisse écrire leurs parties. Parfois j’ai une idée de ce que doit jouer la batterie et je dis ‘quelque chose comme ça’. Mais nous avons écrit quelques chansons ensemble il n’y a pas longtemps. Nous avons tous joué un rôle dans la composition et c’était cool.

Muzzart : Quels sont tes projets après la tournée?

Rob Sawyer: Je vais rentrer en Australie, j’ai déjà quelques concerts de prévus et depuis quelques temps, j’ai envie d’aller de Melbourne à Brisbane en vélo… ce qui me prendra à peu près deux mois…(rires). j’essaie de voir comment je pourrais tout transporter. Ca serait une super façon de faire une tournée, je sais pas, je vais voir…



Muzzart quizz:

Muzzart: C’est quoi la définition d’une bonne chanson pour toi?

Rob Sawyer: Je sais pas, peut être une chanson avec une bonne ligne de basse, pas forcément une chanson à laquelle on accroche tout de suite. Il y a des chansons magnifiques que j’ai dû écouter un moment. On peut les détester au départ et puis on les réécoute au bout d’un certain temps et on se dit ‘wouah, c’est fou!’… ou c’est peut être une chanson avec des accords que l’on n’a pas entendu des millions de fois ou si on les a entendu des millions de fois, ils sont arrangés différemment et paraissent nouveaux.

Muzzart : Quel est le meilleur concert que tu aies jamais vu?

Rob sawyer: c’est super dur ça! Je dirais qu’un des meilleurs concerts dont je me souviens, c’était Jeff Lang à l’Apollo Bay Music Festival, ça se passe à Victoria sur la côte sud. Je ne l’avais pas vu jouer depuis des siècles et je n’avais pas joué ni écouté de musique depuis un moment et quand j’ai vu le concert , j’ai pensé ‘wouah, ce mec est un génie!’ Il n’y avait que lui et un bassiste et c’était impressionnant.

Muzzart : Tu écoutes quoi en ce moment?

Rob sawyer : J’écoutais Ernest Ranglin il y a quelques semaines juste avant la tournée. C’est un Jamaïcain qui fait du reggae. Il fait de la musique instrumentale, il joue de la guitare jazz et c’est vraiment cool. Le titre de son cd c’est ‘Below the bass line’. J’écoutais ça et j’essayais de trouver des accords de guitare… en me disant que j’apprendrais forcément quelque chose…

Muzzart : Quel est le groupe dont tu as le plus honte d’avoir été fan?

Rob Sawyer: Il y en a sûrement un très fort… Je dirais que quand j’ai commencé à écouter de la musique, enfin pas quand j’ai commencé à écouter de la musique mais quand j’étais très jeune, je ne sais pas quel âge j’avais… j’avais un walkman et j’écoutais… c’est quoi le nom du groupe?…. ‘All that she wants is another baby…’ (ndlr: il chante)

Muzzart : Ace of Base!

Rob Sawyer: C’est ça, Ace of Base! J’adorais ça, c’était super! J’écoutais ça en boucle!… mais bon, j’étais petit…

_______________________________________

Merci à Gérald et à Vince d’avoir organisé ce très bon concert