Tennisoap – Tennisoap (démo)

0
948

Après trois démos autoproduites, les franc-comtois de TENNISOAP nous en proposent ici une quatrième portant tout simplement le nom du groupe. Et à l’écoute , force est de constater que cette formation affiche déja, ici, une belle maturité stylistique et instrumentale.

La power-pop de ces bisontins, en 5 morceaux et à peine vingt minutes, convainc d’emblée et augure d’un avenir pour le moins prometteur concernant ce quatuor plutôt doué.

Dès "Metalica" sur lequel plane l’ombre, dans le chant comme dans l’instrumentation, de Bloc Party, TENNISOAP emporte l’adhésion de l’auditeur. La grace vocale de Simon évoque l’organe de Kele Okereke et fait mouche sans forcer. Alliant cete distinction dans le chant aux guitares jouissives de Ben et à la rythmique plein de maîtrise assurée par Bochon à la basse et Anne, le gracieux élément féminin du groupe, à la batterie (sans oublier le travail d’Aurore sur la promo du groupe), le tout forme un ensemble compact et cohérent, extrêmement probant.

On ressent nettement cette cohésion sur "Son of a bitch", vigoureux et entraînant sans discontinuer, et "Second", parfaitement équilibré entre plages paisibles et envolées sonores et vocales du plus bel effet. Le groupe fait peuve d’ingéniosité dans la structure de ses morceaux, et comme je l’ai dit, d’une grande maturité  vocale et instrumentale.

"Paint in white" qui suit est à la limite du tubesque et en pesant mes mots, ce morceau n’aurait en rien dépareillé sur "Silent alarm" ou encore "A weekend in the city". Racé et percutant, joliment "breaké", ce qui permet de relancer la machine et évite de sombrer dans l’uniformisme, ce morceau est tout simplement imparable. Et si l’influence de Bloc Party, d’ailleurs avouée par le groupe, est perceptible, elle ne nuit en rien à l’identité de celui-ci et au côté personel de sa musique.

Ce que confirme "Spaghetti", dernier titre de cette démo en forme de superbe carte de visite pour TENNISOAP. Alternant efficacement parties rapides et compactes et plages plus nuancées, il montre et prouve la volonté qu’a le groupe de trouver sa propre identité, et surtout son habileté à y parvenir.

Il est à noter que TENNISOAP a eu l’occasion de se produire sur scène auprès d’ EXPERIENCE, menés par Michel Cloup, ex-Diabologum. Nul doute qu’à l’avenir, il aura l’occasion, vu le niveau de cette démo, d’enchaîner les permières parties prestigieuses et, à terme, de se retrouver, de façon tout à fait légitime, en tête d’affiche.

A suivre de très près et à découvrir sans plus tarder.