Dinosaur Jr – Beyond

0
1238

Tremble, jeunesse! Tremblez, jeunes prétentieux se réclamant de la vague noisy! Jay est de retour!! Et avec la formation originelle (Murph à la batterie et …ni plus ni moins que Lou Barlow à la base, s’il vous plait!)

Le maître, le vrai, est de retour! Et le trio, inspiré comme jamais, risque fort, avec un album de ce niveau, de tuer la concurrence et d’enterrer vifs les jeunôts, qui d’ailleurs ne savent pas ce qu’ils ratent en se contentant de jeter leur dévolu sur de pâles copies de cette institution sonique qu’est DINOSAUR JR.

Véritable festival sur onze titres, "Beyond" nous offre tout: morceaux diaboliquement noisy, voix plaintive caractéristique, plages à la Neil Young ("Back to your heart", superbe!), titres endiablés, autres plus posés, et une varieté de climats salutaire, avec en sus ce jeu de guitare splendide et addictif.

"Almost ready" nous met d’entrée de jeu sur les rails: grosses guitares, rythme appuyé, mélodie fonceuse, riffs "façon Mascis", tout est là et on comprend dès les premières notes que ce disque est amené à durer et à marquer de son empreinte le paysage rock international. Le trio se permet ensuite un "Crumble"  plus posé et tout aussi renversant, merveille poppy aux guitares jouissives, sur lequel Jay y va de sa voix douce, époustouflant. Puis "Pick me up", sur plus de six minutes, nous fait penser que ça y est, Jay écrit à nouveau des titres aussi bandants que "On the way" sur  l’album "Where you been", par exemple,et ce sur une durée plus longue.

C’est aussi le cas pour "This is all I came to do", devant lequel les "poppeux" vont eux aussi devoir s’agenouiller: rien qu’en entendant cette voix et ces guitares, ce sens de la mélodie, le coeur que met DINOSAUR JR dans l’éxécution de ses chansons, on capitule et on dépose les armes. Et on n’y touche plus, on s’avoue définitivement vaincu, quand déboule "Been there all the time" rapide, magistral, noisy comme on l’aime, puis le massif "It’s me" (on s’en est aperçus, Jay, comment ne pas le comprendre??!!) et ses guitares trashy irrésistibles.

Et comme si cela ne suffisait pas, l’acoustique merveilleuse de "We’re not alone" nous charme et nous envoûte, l’électricité reprenat malgré tout superbement ses droits sur la seconde partie de la compo.

Ambiance folk ensuite sur l’énorme "I got lost", d’une délicatesse à couper le souffle, magnifiée par la présence de violons. Une réussite éclatante de plus, à laquelle succède "Lightning bulb", devant lequel on reste pantois: ce son à la fois noisy et pop à souhait, qui le maîtrise aussi bien que ce trio? A l’évidence, personne….

Puis en guise de dernier titre, pour parachever ce retour trimphant, les "vétérans" nous offrent une dernièr sucrerie noisy-pop, "What if I knew", fantastique.

Achetez cet album et faites-le écouter à ceux qui n’ont pas connu, et ne connaissent toujours pas, la vague noisy-pop et son inépuisable richesse.DINO is back et ça va faire très mal! Splendide…et bien évidemment indispensable!