White Stripes – Under Blakpool Lights

0
1963
En errant au rayon DVD musicaux, s’impriment des taches rouges et noires au coin de mon oeil…
Quelques secondes plus tard, remercié par l’aimable caissière, c’est d’un air curieux que j’arrache l’emballage.Le carton doit être recyclé ou très vieux, sa forte odeur me repousse quelques secondes.Un petit livret, recyclé aussi, ne nous montre que quelques photos et images, certaines en plastique transparent.On y voit la track list, le “tour crew” et divers “credits”, mais rien de plus…
L’ensemble est soigné et ressemble assez à ce qu’on peut attendre des deux rockeurs.
Le contenu de la galette est tout aussi sobre, le menu ne propose en effet que de lancer le concert, de sélectionner une chanson ou de régler l’audio…
Mais au moins ça ne sent pas le papier recyclé !!!

On est tout de suite dans le bain, en peu de temps, Meg s’assoie devant sa batterie, et Jack prend sa raquette. Ca choque au premier abord, surtout pour un DVD : l’image est vraiment merdique (sûrement recyclée) !Comme s’il faisait un sale temps à Bristol ce jour-là (Il fait beau en général à Bristol???).Et pourtant ça colle excessivement bien !
Une fois la rétine habituée, on se laisse aller au grès du son bien lourd et tout gras, puis on finit par se dire qu’on ne voyait pas le concert avec une autre qualité d’image (et donc nulle part ailleurs qu’à Bristol…).
L’enregistrement par contre est excellent et le son est vraiment bon, et bien travaillé. Classique, du 2.0 et 5.1.

Les WHITE STRIPES enchaînent leurs 26 titres rapidement, se permettent quelques medleys tout aussi rapides (“I Think I Smell A Rat“, “Take A Whiff On Me“, “Astro“, “Outlaw Blues” et “Jack The Ripper“).
Le groupe communique peu avec le public, pourtant conquit.On voit très vite que le duo rempli la scène de sa présence légendaire.Jack comble la salle de Blackpool Lights de sons ravageurs.
Quelques reprises (“Jolene” de Dolly Parton, “Outlaw Blues” de Dylan, etc.) nous permettent de connaître leurs influences, et nous réconfortent dans l’image bicolore d’éléphant qu’ils se sont donné.Ils avancent lourdement, lentement, avec force, tranquilles. Ils saturent l’espace et écrasent doucement le silence.

Les WHITE STRIPES font parti de ces groupes qui nous rappellent qu’en 2000 passé, on a encore du rock valable !Un DVD pour tout le monde, surtout pour les daltoniens de la musique qui ne voit que “Seven Nation Army”.

NOS NOTES ...
PARTAGER
Article précédentZEFA – Gods Lonely Man
Article suivantMalia – Echos of Dreams