Des Airs « Lunga notte » (EP, Réédition.Crammed Electronic Archives, 28 novembre 2022).

0
369

Clan post-punk de Bruxelles, francophone, Des Airs avait de l’allure. Son unique sortie, Lunga Notte, date de 1982 et voit le jour pour la première fois en digital, par la grâce de l’excellent Crammed Discs. Rappelons qu’à l’époque le quatuor, constitué d’une somme de personnalités affirmées (le saxophoniste, guitariste et compositeurs Bob Vanderbob; la chanteuse Catherine Jauniaux; la chanteuse/bassiste Fanchon Nuyens et pour couronner le tout, le batteur Stéphane Karo), se fendit d’une prestation remarquée, et remarquable, aux Transmusicales de Rennes. C’était 1983, à l’écoute de sa ressortie l’ep sonne comme s’il venait de gicler de l’oeuf. Lovely Lady Of The Roses, entre Kas Product version cool et climats jazzy syncopés, trippe sans rémission. Il funke, voyage, traverse les âges. Ses cuivres l’avantagent, ses ruades rythmiques et chants typés aussi. On démarre idéalement, Moi J’aime Berlioz se place ensuite dans une veine personnelle, un brin B 52’s, qui là aussi élève le résultat. Les textes, en Français, sont bargeots mais intéressent, fortement. On a droit, encore, à des saxos délirants, géniaux. Le tout est free, groovy, plein de vie. Il dévie. Les voix oscillent, changent de ton.

Il va sans dire, l’ami, qu’on a connu bien pire. Surtout en ces temps-là! Le renard argenté, sur riffs secs et rythme filant, sur basse grasse simultanément, fait lui aussi déconner les vocaux. Dans le même temps, c’est une pépitesque réussite. Des Airs, porté par une créative fantaisie, se démarque. Ling se fait dub, présente un chant à la Nina Hagen. Ca débloque sec, c’est ce qui, entre autres, fait l’attrait de ce Lunga notte un peu plus que de bon aloi. Des sons tranchants s’invitent, dans une virée exotique. Stylistiquement, Des Airs largue les amarres. Ca breake, ensuite c’est céleste mais tordu. Régal! Aux bains municipaux, post-punk jazzy ondulant, souple et folichon, terminant un EP unique que ses textures singularisent, enivrantes, au point qu’on lui accordera un nombre d’écoutes dont je ne peux, ici et maintenant, anticiper le nombre.