MAXWELL FARRINGTON « Yuletide And I’ll Tide With Yann » (Upton Park, 18 novembre 2022).

1
408

Les fêtes, j’exècre. Souvenirs malheureux, joie forcée, tradition ennuyeuse, marketing dégueulasse. Voilà à quoi je les résume mais j’y trouve, tout de même, des temps où l’on se fédère. Où furtivement, on répare les rapports. Et puis, si c’est Maxwell Farrington qui nous les chante, alors fais péter la dinde l’ami, j’en suis! C’est en outre sur un album entier, avec pour compagnon de festin Yann Ollivier (The Craftmen Club, PandaPendu), que l’homme au talent de cuistot désormais connu régale la tablée, à l’aide de 16 mets délectables. D’entrée de jeu, de sa voix de crooner qui sur d’autres projets se fait bien plus virulente, il folke avec chatoyance (Have You Filled The Fridge And Stockings, Dear), sertissant sa chanson de notes nacrées. C’est du velours, reproduit ensuite sur le non moins flamboyant Auld Lang Syne que son rythme anime. Difficile de faire plus beau, si ce n’est par le biais d’un Pass The Roast Potatoes Please à faire sauter dans sa platine. Mazette, quelle voix! Et quelle prestance dans l’ornement! Délice total. Don’t Forget To Save All The Crumbs, délicat, très « fin d’année », se pare de motifs de Noël. Justement.

Oh bordel, j’ai déjà faim! Feel My Nose, subtil lui aussi, fait vocalement merveille. On and on lui succède, bien plus vif, ce qui a pour effet de mettre de la vigueur dans l’opus. Et puis, eh bien, il excelle. Comme tout le reste. Comme tous ces restes qu’on ne laissera pas perdre car ici, on bouffe tout. En parlant de bouffer Our Treasures Are Warm, nouvelle perle racée, twiste dans le minimal. On relève, là aussi, la magnificence du décor. Mi Bambina évolue de la même manière, dans le sobre -étrange, pour un opus de fêtes…- enchanteur. Alors que Santa And His Leg Of Ham, d’éclat similaire, se corde joliment. All The Pastors Berries, un brin country/folk, à la fois léger et vivace, fait clignoter la guirlande. De plus en plus, d’ailleurs, tant le sapin est beau et le disque brillant. Farrington, loin d’en faire des tonnes, sonne juste et sème du bonheur. Paul Kelly Wants His Gravy Back, orné à l’harmonica, fait le Père Noël. Le cadeau est bellot, il lavande mon dimanche matin. The Whispering Snowman, soutenu, sifflotant, l’enrubanne et y met de l’insouciance.

Merci Maxwell, à ton Yuletide And I’ll Tide With Yann goulument je goûte. Have You Counted All The Presents Under The Tree, tel un digestif aux vertus « remontantes », passe un peu trop vite. Sur la fin et au petit matin The Crackers, également serti avec goût, joue une rengaine de choix. I Buy You Nutmeg hausse quelque peu le rythme, on en vient certes au terme des offrandes mais pas de doute, comblés nous sommes! Et comme si tout ça ne suffisait pas Dogs Howling Love From The Sky, astral et orchestral, se permet de conclure avec allure cette biture de chansons magiques, sortie chez Upton Park et à déguster jusqu’à s’en lécher les babines.