Σtella « Up and Away » (Sub Pop/modulor, 17 juin 2022).

0
313

Grecque, basée à Athènes, Σtella est musicienne mais aussi peintre, artiste visuelle et performeuse. Up and Away est son deuxième album international, le premier pour l’illustre Sub Pop. Produit par Redinho alias Tom Calvert, de Londres, il présente une pop aux tons grecs que renforcent le bouzouki de Christos Skondras et le kanoun de Sofia Labropoulou, décisifs, alors que la « basse-batt » fait groover le tout. En dix titres, l’accent est mis et le transport opère, de suite, à l’écoute du titre éponyme. Qui, entre sons de là-bas et cadence enjouée, séduit sans trop de résistance envisageable. Le registre est frais, innovant. Nomad envoûte lui aussi, dans des volutes à la Elysian Fields, de manière moins directe que l’amorce de l’ouvrage. Manéros, plus grec que tout autre, engendre ensuite la danse, tout en ensorcelant de ses sonorités déracinantes. Il pulse, ondule, se veut fin mais emporté. Grosse réussite, là encore, alors qu’on jettera un coup d’oeil prolongé à la pochette bleu-orange où Σtella s’est elle-même dessinée, avec à ses côtés Tom en barde médiéval. En l’admirant on prêtera attention à Charmed, funky, détendu, sans peau en trop. Singulier, le projet va toutefois à l’essentiel, sans s’embarrasser du superflu.

Il est vrai, au plus près de ses sources. Another Nation, du même effet que le Up and away inaugural, accroît l’attachement que très vite, l’opus génère. Je pense, quand je le rejoue, à Altin Gun ou encore Lalalar. Pour le voyage, les sonorités dont on s’amourache. Black and White brille lui aussi, un brin folk. Titanic sifflote, serpente, convainc. Le disque est de plus uni, animé, sans travers. The Truth Is est détendu, lui aussi, mais dans la classe. Je lui préfère toutefois, vous l’aurez saisi, les élans plus vivaces de Σtella. Who Cares, sans complètement rugir, me plait mais je déplore, quelque part, un trop-plein de détente, d’airs un peu trop avenants…que leur étayage fait surnager, superbe. C’est enfin Is It Over qui, dans une vêture à nouveau posée mais étincelante, conclut une galette à part, typée, à l’identité qui plaide largement en sa faveur.