Dans la foulée d’un premier EP, d’un clip -le second- et d’une sortie live de choix dans ma ville d’Amiens, DEGAGE répond à mes quelques questions…

DEGAGE, fichtre! Ce nom peut faire fuir “direct”, messieurs ! Que proposez-vous, musicalement, pour retenir le quidam ?

C’est plutôt un appel à dégager ses émotions ! Musicalement, nous proposons une pop psyché qui appelle au voyage.

Comment le groupe est-il né et quel fut le parcours de chacun d’entre vous avant ça? Comment le style de Dégage s’est -il imposé ?

Erwan et Maxime se connaissent depuis tout petits. Ils ont ensuite eu envie de créer un groupe. DEGAGE s’est donc formé en une soirée de mars 2017, veille du premier concert.

Vous venez de sortir un premier EP, quelles en sont les sources d’inspiration textuelles ? Que signifie t-il pour vous, sachant qu’il s’agit là de votre toute première sortie ?

Tout l’ADN de l’EP est dans la pochette. Il s’agit du plongeoir de la piscine de Bon Secours, à Saint-Malo. Un lieu emblématique, où nous nous retrouvions chaque été pour le festival
de La Route du Rock. Nous avons été profondément marqués par la qualité de la programmation, mais aussi par l’ambiance qui s’en dégageait. DEGAGE est né de ces moments de musique et de vie, heureux et chaleureux. Comme les titres, la photographie argentique de la pochette est empreinte d’une nostalgie douce et positive.

L’ambiance des morceaux est lumineuse et joyeuse dans les sonorités, tout en utilisant dans certains des textes – écrits par Erwan Choquenet et Maxime Boubay – les champs lexicaux des regrets ou des angoisses. Si nous préférons l’idée de « l’art pour l’art », sans messages particuliers à défendre dans nos titres, partout l’espoir et la confiance en l’avenir dominent.

Je vous ai ratés, à mon grand désarroi, sur votre date à la Lune des Pirates, dans ma ville, en décembre 2019. Comment abordez-vous le live ? Est-ce pour vous l’occasion, par exemple, de modifier votre registre ?

Nous avons le sentiment de livrer, sur ce 1er EP, l’énergie qui caractérise DEGAGE en concert. Pour nous, la scène est en effet vraiment quelque chose de viscérale, comme un rêve d’adolescent. Sans modifier le registre, nous accordons beaucoup d’importance au live; c’est l’occasion pour nous de retravailler, restructurer nos morceaux spécialement
pour la scène.

A ce sujet comment s’est déroulée la Release Party du 23 octobre dernier à Reims, à la maison donc ?

C’était super ! On attendait cette date depuis longtemps, on a pris beaucoup de plaisir sur scène ! Toute la famille était là: Label Attitude, Léo Blomov, Source Phonique. On a passé
un super moment !

De DEGAGE il se…dégage, à mon sens, un parfum d’excès à purger, d’amour de la vie, d’amour tout court d’ailleurs, de légèreté aussi. Qu’en pensez-vous ?

C’est tout à fait vrai ! Comme dit précédemment, les morceaux expriment tant les regrets que les angoisses mais c’est plutôt un appel à l’amour, au voyage et à l’espoir.

Pour en revenir à l’EP, tout récent, comment l’avez-vous façonné ? Avec qui avez-vous travaillé pour l’occasion ?

Nous avons assemblé nos titres en une seule œuvre, dans laquelle, chacun apportant sa pierre à l’édifice, nous avons mis nos tripes et nos cœurs ! Tout dans cet EP est millimétré, mais paradoxalement avec une énergie instinctive totale. Nous voulions pouvoir plaire aussi bien aux connaisseurs qu’aux néophytes. Home made, l’enregistrement de l’EP a été réalisé chez nous, à Reims, et produit par l’un de nous, Mattéo Caburet. John Attali, cofondateur du Label Attitude (sur lequel nous sortons cet EP), a mixé l’ensemble des morceaux. Enfin, le mastering a été réalisé chez Globe Audio Studio à Bordeaux.


Photos live Will Dum.