Divers « Strum & Thrum: The American Jangle Underground 1983​-​1987 » (Captured Tracks, 13 novembre 2020).

0
1414

Réalisé par Mike Sniper (patron du label Captured Tracks, une véritable référence), Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 est le premier volume des nouvelles aventures de la strcuture américaine vers les compilations « Excavations« , destinées à recueillir et révéler nombre de groupes oubliés allant des années 70 aux 90’s et inspirées par les compilations Pebbles, Killed By Death, Soul Jazz et Numero Group. Celle-ci, la toute première donc, regorge de formations bluffantes et, sur un format pop-rock large, sert sur un plateau de guitares chatoyantes du tube indé à tout-va, fidèle bien entendu à l’esthétique Captured Tracks. On y dénombre vingt-huit titres, de ceux qu’on écoutera jusqu’à satiété et qui, par leur étendue stylistique, leur qualité et leur posture indé convaincue, s’enfoncent dans les zones du cerveau où le plaisir afflue. On n’a d’ailleurs que très peu le choix: The Reverbs, avec son Trusted woods, fait carillonner les guitares et use de mélodies simples pour directement nous toucher. Les petites bombinettes pop, rock post-punk ou…jangle rock mélodique (mais impétueux), de ce style né de la fin du dit post-punk, vont se succéder.

Je ne les détaillerai pas toutes, la série est pour le coup bien trop généreuse. L’idée est de toute façon un coup de génie: elle ressort du tiroir des formations DIY, à l’opposé de l’esprit major, hautement valeureuses et n’ayant obtenu, à l’époque, que peu ou prou de succès. Pourtant les Cyclones, par exemple, de leur I’m in heaven façon Vaselines, aux riffs crus, auraient mérité bien meilleur sort. Ils ne sont pas les seuls, loin s’en faut et les mélopées éclairées à la voix typée, comme celle des Windbreakers qui signent un excellent All that stuff, donnent entièrement raison à Mike Sniper. Primitons et sa pop vivifiante, fougueuse; Sex Clark Five et sa lo-fi éraillée, entre autres, se hissent très largement au niveau des plus reconnus de leur époque.

Plus loin, et toujours parmi d’autres tout aussi gratifiables, Crippled Pilgrims, Van Dykes et son urgence poppy imparable, Salem 66 et son chant féminin sucré, raflent eux aussi la mise. Il aurait été dommage, injuste même, de les laisser sombrer dans l’oubli. Strum & Thrum: The American Jangle Underground 1983​-​1987 est une compilation à posséder si tout comme moi, vous aimez dénicher des perles méconnues, éloignées des circuits commerciaux salement lucratifs. On note, au delà de l’enjouement, de l’engouement aussi, provoqué par les morceaux, la récurrence de mélodies simples, bordées de sonorités indé dans le ton et de climats tantôt clairs et sereins, tantôt plus obscurs. Les guitares, magnifiques à tout instant, contribuant à charmer quiconque aura l’idée, louable, de se procurer l’objet. On est complètement, pour le coup, dans un dosage juste, dans l’évitement du trop-plein. 28th day, avec son Pages turn (alternate version) qui remet en scène une voix de dame, n’est surtout pas de trop. Là où certains compilent au rabais, sans dépasser la petite quinzaine de titres, Captured Tracks et son maestro chargent la mule et cela va sans dire, on approuve sans rien rater de leur sortie.

The Strand, basse charnue et guitares brillantes en avant, The White Sisters et sa folk-pop nerveuse autant que diamantée, ou encore The Sprinfields avec leur pop faussement naïve, scintillent. Pop Art, sur un registre galopant et très finaud, en remet une couche. On ne peut l’écouter, ce Strum & Thrum: The American Jangle Underground 1983​-​1987, autrement que de façon continue. Il dégage de plus, sur le plan stylistique, une belle unité. A New Personality, chargé d’y mettre fin, nous lègue à son tour son petit chef d’oeuvre personnel: un Essential things…essentiel en effet, extrait d’une pop-cold des plus recommandées. Pour une première, le rendu fait déjà saliver. Sans aucune tendance démonstrative, avec passion et sincérité, c’est une mine d’or jangle (à ne pas confondre avec jungle) qu’il nous est offert, pour le coup, de découvrir. Superbe initiative, à la hauteur d’un catalogue Captured Tracks qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Bandcamp Captured Tracks

Site Captured Tracks