Dogs for Friends « I’ll Pet U 4ever » (Autoproduit, 13 novembre 2020).

0
879

Dogs for Friends est angevin, ça lui donne déjà de l’allure. Mais ça ne peut suffire, quand bien même sa provenance le crédite d’emblée. C’est l’écoute qui prime et en ce sens I’ll Pet U 4ever, son second EP, enterrera toute dernière forme de résistance à l’univers du quatuor. Il faut bien le dire: avec ses tons à la Motorama, Dogs for Friends nous flingue le coeur quand survient l’introductif King’s dog, mélancolique, à la voix grave qui enveloppe. D’un début retenue, celui-ci évolue vers des terres plus enlevées. Dans sa fourrure de mélancolie, Dogs for Friends a dégoté le bon apparat. Ses voix portent, s’associent. Ses motifs font le beau; c’est normal, ils le sont. Sorry, I quit produira les mêmes sensations, sur un tempo plus vif. Tout, pour le coup, suinte le goût. C’est un peu Angers sur le Don et pourtant Dogs for Friends développe, on le verra clairement plus loin dans l’EP, ses propres visées. Pour l’heure, le début de l’opus charme et virevolte, serti de mélodies aux teintes se déclinant en gris.

C’est avec Her, fin, lent et perlé, que la personnalité du groupe se fait réellement jour. On est dans une (post) pop indé fringuée de sons légers, la voix fait de nouveau sensation. Sur la fin, le fond se brouille, se fait plus épais. Mais le morceau garde son côté aérien, il est assez magique et étend superbement le champ d’action des ressortissants du Maine et Loire. Looking fine s’applique à suivre un chemin similaire, fait d’une intense subtilité. Mazette, ces mecs claquent du rayon d’soleil dans nos matinées d’ confinés. On s’envole avec eux, s’éloignant des sphères viciées inhérentes à nos situations.

Make it your own, qui nous emmène déjà pratiquement à la fin de l’évasion et fait l’objet d’un joli clip signé Nina Faustine Touches et Robin Alliel, souffle une pop évidemment ténue. Il n’est aucunement nécessaire, chez Dogs for Friends, d’en faire des tonnes. La clique de jeunes gens doués fait bien avec peu et tant mieux, c’est là la marque des combos appelés à marquer leur parterre de suiveurs. « I could escape myself!« , chante le leader à l’issue du dit titre. Il s’agit bien de ça: fuir, prendre la poudre d’escampette, à toutes gambettes, vers un ailleurs plus sécure. Plus accueillant. Avec I’ll Pet U 4ever Dogs for Friends y parvient, notes et voix de choix en renfort. Great, tout aussi délicat avant de s’agiter en sa fin, magnifiquement, valide la valeur de six morceaux ensorcelants, troussés par Charles (chant / guitare), Massimo (guitare), Alexy (synthé) et Baptiste (basse).

D’Angers vient donc le dangers (pour la concurrence), les Thugs et autres Daria ou encore Zenzile voient poindre autour d’eux des équipées talentueuses. On leur adjoindra donc Dogs for Friends qui, s’il devra confirmer, paraphe des débuts, ou plutôt une « suite de débuts », brillante et qui laisse augurer d’un avenir pour le moins engageant.

Photos: Malo Daugerias Le Duff.

Bandcamp Dogs for Friends