Foudre Rockeur “Les démons du rock” (Les Disques de la Face Cachée/Animal Biscuit/Attila Tralala/KhôKhôt, 11 septembre 2020).

0
405

Association inédite, Foudre Rockeur rassemble les résidents-musiciens du centre de l’ADAPEI Meuse (Eric Delavaranne, Laurent Herbelet, Christophe Leroy, Laura Martin, William Philippe, Justin Talarico et Benoît Vermandé), accompagnés par Mr Marcaille à la basse. Adepte du rock déviant, ce dernier s’unit donc à la joyeuse troupe et leur oeuvre commune, qui sort sur quatre structures différentes, est d’une teneur originale. De par sa genèse bien sûr, mais aussi musicalement. Basé sur des voix répétées au point de susciter l’obsession, taillé dans un rock inqualifiable, fait…de foudre et de poudre, d’une forme de psychédélisme délirant (Et moi), Les démons du Rock livre d’abord un TNT traînard, aux choeurs réitérés, qui singularise l’union en présence. Sulfureux, le rock de la clique use de simplicité, dévoile des potentialités, se fait batailleur. Foudre rockeur, second titre plutôt appuyé, dégage une énergie punk-rock. Il y a là une euphorie, une joie de joue et d’être ensemble, qui se communiquent à l’auditoire. C’est un peu le bazar -jubilatoire- mais ça ne rend la chose que plus authentique encore.

Encore une fois Johnny martèle ses mots, Johnny est à l’honneur. On est un peu dans les 70’s, on décèle également des tons grunge. Mais Les démons du rock ne se définit pas, il s’écoute et se conçoit comme un ouvrage singulier. C’est fort, et louable, de parvenir à créer un tel registre. On en ressort grandi, d’un côté comme de l’autre. C’est électrique, foutraque et on s’y laisse prendre. Pourquoi tu lâches délire, produit un bien bon boucan. L’éclate est de mise, le répertoire est sans fard. La fin du morceau est lo-fi, bluesy, à l’image d’un vinyl qui fouine un peu partout d’un point de vue stylistique. Avec le rock, et le partage, en ligne de mire. Et des allures de variété destroy, ça et là, qui accroissent le délire.

Sur Rock animal, on est presque dans le stoner blues. Un peu Stoogien aussi, miaulant et aboyant, l’intitulé trouve ici tout son sens. On s’amuse et du fun naît un disque, comme pour prouver s’il le fallait encore que bien qu’étant issu d’une structure spécialisée, on est capable. Encore une fois le confirme à grand coups…encore une fois, de vocaux alliés qui créent des relents psyché soniques et basiques. Dans le sens de “simples” et non pas de “creux”, ne nous méprenons pas. Ce samedi soir, Foudre Rockeur sera en concert à Metz, aux Trinitaires, avec une autre convertie à la différence: Marie Klock. Il va sans dire que la prestation vaut qu’on s’y déplace, après maintes auditions d’un disque pas comme les autres car audacieux, méritoire à souhait.

Félicitations donc, à Foudre Rockeur à qui on souhaite d’être à nouveau en proie, à l’avenir, à ses démons du Rock. Il est bon et précieux, notamment en ces temps troublés, d’entendre de telles productions. En ce sens, remercions les labels impliqués et Mr Marcaille, dont on ne doute guère qu’il aura à coeur de faire perdurer ce projet décalé et de belle facture.

Site Les Disques de la Face Cachée