Mendelson – Sciences politiques

0
617
On le sait, Pascal Bouaziz n’a pas son pareil pour, avec une ironique distinction, dépeindre notre quotidien. Sa plume feutrée fait régulièrement mouche et soigne nos maux, servie par un écrin tantôt feutré, tantôt dérangé, sonique et élégant.
Avec Sciences politiques, son précieux Mendelson s’appuie sur des reprises de groupes contestataires, qu’il honore selon la recette maison et en mettant en avant le chant dans notre langue, ce qui n’en donne que plus de sens et de relief encore aux morceaux choisis. Les titres renvoient d’ailleurs à tout ce qui jalonne l’existence et souvent, trop souvent, finit par mettre à mal ou être mis à mal (Les peuples et son groove lancinant, La carrière et sa trame post-punk électroïde et nombre d’autres réalisations qu’on gardera en tête). La Science Politique devient alors déficience (ou défi-science?), c’est ce que l’album met ici superbement en lumière. Sonic Youth (un époustouflant La nausée, noisy et trépidant, en cover du Youth against fascism de Thurston Moore et consorts), The Stooges, PIL, The Pop Group, Springsteen, Alan Vega sont entre autres mis en exergue. Mendelson ne se dénature à aucun moment, il fait au contraire preuve d’un brio époustouflant dans le recours à des formations en phase avec son discours, intact et profond. Si l’exercice de la reprise est souvent creux et périlleux, il trouve là une traduction enchanteresse, vindicative dans le son comme dans le verbe, parfois plus posée, d’une portée quoi qu’il en soit conséquente. Le capitalisme sonne funky, rude, et dérape autant qu’il groove, Les loisirs fait dans la chanson/pop-rock sertie de gimmicks fatals; Bouaziz et les siens, aguerris, font de chaque morceau interprété un must. Ils disent le mal avec classe, recourent à leurs climats ouatés (La liberté, La décence) pour imposer leur propos, qu’ils assènent, de façon récurrente, bien plus frontalement ou lestement (La dette).
Le panel est donc large mais cohérent, pertinent, l’idée de départ lumineuse. Le contenu est lui sans complaisance, lucide et, à l’arrivée, passionnant.