Blackmail – Dur au mal

0
812
Trio parisien, Blackmail s’essaye à une electro sombre et synthétique, qui avait déjà créé la surprise avec le premier album, Bones (2013), puis avec l’ep Sphynx en prélude à ce nouvel opus, Dur au mal.
Ce dernier consolide l’univers des protégés de Yuk-Fü Records, qui fait danser en mode cold-wave aux reflets electro glacés. On pense à Suicide pour les penchants barrés, ce chant narratif (Dur au mal, déjà excellent, pour ouvrir la marche), des claviers simples et squatte-cerveau nappent le tout, une multitude de sons malins en émanent et d’emblée, on le sait, Blackmail est à son affaire dans ce registre. Bois de Vincennes suit le même chemin, l’electro déviante et souterraine concoctée par les trois hommes obsède, les percus pas moins: on est dedans, enfermés, pas envie d’en sortir car ça fait du bien. Dur au mal, le bien nommé, évacue le mal en le mettant en mots et en maux, il breake habilement, fait de la techno une entité enfin acceptable, en casse la linéarité. Elle est cool se dépare de toute vêture rythmique ou presque, rappelle lui aussi Suicide et distingue le groupe dans le sens où, à de nombreuses reprises, l’impact de Rev et Vega est “dangereusement” approché. On tente avec ce disque de percer les ténèbres, on n’y parvient que peu et c’est une bonne chose car c’est là l’un des éléments clés de la formation, qui incruste aussi des plages plus célestes (la seconde partie de ce Elle est cool décidément probant).
Sphinx, aussi mécanique et inventif, renforce l’addiction, bienfaisante car uniquement liée à un son, à des atmosphères, on se balance entre underground et décollage vers des sphères nuageuses, sur Panenka notamment. Mes amis et ses claviers aux limites du guilleret va permettre à Blackmail de se faire…des amis (du bon côté: celui des initiés, de ceux qui refusent et bousculent les conventions). Sur la fin, Week-end facile baisse le rythme, il n’y perd pas en noire séduction, puis Déstockage massif met en avant les stridences synthétiques, un tempo effacé mais marqué, concluant une série de huit titres de haute volée et une rondelle largement recommandable.