Féérie pop médiévale avec The Wolf Under The Moon, projet de l’ex-Bewitched Hands Antonin Ternant…

0
1653
Nous adorions -et adorons- feu-Bewitched Hands, nous avons désormais The Wolf Under The Moon pour nous consoler de leur séparation et ressusciter nos âmes d’enfant, pas si enfouies que ça…
Tel pourrait être l’enseignement tiré de la prestation du projet d’Antonin Ternant à l’Ouvre-Boite de Beauvais, entre performance pop et mise en scène “médiévalisante” assortie d’aventures “subies” par le roi de cet univers imaginaire, Antonin lui-même. Lequel, mélodiste renversant et doté d’une créativité à toute épreuve, nous a tout simplement offert l’un des meilleurs spectacles “jeune public” vus jusqu’alors ici et ailleurs. Les morceaux, parfois très “Bewitched” dans une vêture toutefois plus electro, sans  se départir bien entendu de leur splendeur pop et d’élans saturés dont on se délecte, faisant sensation et servant d’écrin au périple du bonhomme à base de fluo et d’objets “home made” animés. A la fois enfantin, maléfique et féérique, sensible et profond, le territoire ainsi défini captive les “minots”, venus en nombre, et subjugue l’auditoire adulte. Il y a là une théâtralité, un impact visuel conséquents et un égocentrisme conscient qui, loin de nuire, génère un résultat bluffant.
On reconnaîtra même un autre ex-membre des Bewitched, féminin, qui fera la paire avec le sieur Ternant pour livrer le merveilleux Away from the stress, à l’intitulé prémonitoire, entre autres pépites musicales inventées et magiquement exécutées. Tout comme The sun ou Unreality et un titre final chanté en Français au refrain obsédant et sous cette formule duo décidément aussi porteuse que lorsque notre homme la joue solo, épaulé toutefois par un troisième “larron” qui fera son apparition en fin de set sur le bord des planches pour saluer à sa manière une assemblée d’enfants transportés. Le tout accompagné par des chauves-souris, fantômes et autres créatures masquées/animées au ballet ahurissant. Magnifique, donc, et singulier show que The Wolf Under the Moon, qui n’en est pourtant qu’à ses débuts, déjà probants, et dont on ne peut que vous conseiller de suivre les aventures illico-presto…
Photos William Dumont