Le A, interview

0
1447
     Le groupe bordelais Le A a sorti cette année un maxi intitulé Inseln (avril 2014). Les membres du groupe ont accepté de répondre à quelques questions par mail pour nous parler de leur parcours et du maxi.

Muzzart: Pouvez-vous nous parler des débuts de Le A et de l’évolution du groupe jusqu’à aujourd’hui?
Ita (chant/guitare): Le A existe depuis 2 ans, mais à la base c’était un duo (Blandine et moi), juste guitare folk et synthé. La formation actuelle existe depuis un peu plus d’un an ! Depuis qu’on a une batterie, la musique est beaucoup plus rock qu’avant, avec des accents pop, shoegaze, psyché… On essaie de travailler sur notre son, de créer une tension entre des mélodies pop, et une manière de jouer plutôt rock. On a tous des influences différentes, mais on  se rejoint sur nos envies pour Le A.


Muzzart: Vous avez donc sorti un maxi intitulé Inseln. Comment se sont passés la composition et l’enregistrement?

Ita: Blandine, Emeline et moi amenons des squelettes de chansons en répète, puis nous composons tous les 4 ensemble. Chacun y amène son interprétation personnelle, et souvent le morceau ressort vraiment transformé. Il nous arrive de passer des semaines sur le même morceau avant qu’il ne nous plaise vraiment, parce que personne n’a le dernier mot, il n’y a pas de “leader”.

Certains morceaux de l’EP existent depuis le début du groupe, mais ils ont pas mal changé de visage entre temps. Il y a des morceaux que nous étions vraiment très impatients d’entendre lorsque nous sommes entrés en studio l’été dernier, c’était vraiment important pour nous de pouvoir les travailler “pour de vrai”. 

Nous avons enregistré à la Machine à Rêves à Pons (charente), avec Benjamin Mandeau (il est aussi notre ingé son) qui nous a aidés non seulement sur le son, mais aussi sur la composition des morceaux.

C’était assez éprouvant, au bout d’un certain temps, quand on est plongés dans un enregistrement depuis des jours, les oreilles fatiguent et on ne sait plus si on est en train de faire quelque chose de bien, ou pas…

Finalement, on a été satisfaits du résultat !


Muzzart: Pourquoi avoir choisi le titre Inseln pour le maxi ainsi que cette pochette?


Ita: Notre nom vient d’une bd appelée “Philémon”, par Fred, qui se passe dans un univers imaginaire où les noms des océans marqués sur les cartes sont en fait des îles. Dans le premier tome, le héros se retrouve par hasard sur le “A” de “océan Atlantique”.

“Inseln” veut dire “îles”  en allemand, voilà déjà la première explication pour le titre de l’ep. Ensuite, chaque chanson de l’ep parle d’un lieu (forest, shore, …), et ainsi on a voulu nommer l’ep par un nom d’endroit également.

La pochette reprend aussi cette idée de voyage entre différents lieux. Certains lieux dont on parle dans l’ep y sont représentés (même l’île du “A”…). Nous voulions que la pochette soit mystérieuse, un peu sombre, mais douce en même temps.

C’est moi qui l’ai réalisée.



Muzzart: Vous faites partie du collectif des Disques du Fennec, pouvez-vous nous en parler et nous dire comment vous avez décidé de travailler avec eux?


Ita: C’est un collectif de musiciens bordelais, avec les groupes My Ant, Le A, I Me Mine, alex&Glo, Moloch/Monolyth, Frankenstein Sexy Freak, Sleepy John Corbeck, Lost in the Orchestra, Girafes, Iam Stramgram.

Si vous demandez à “papa fennec” comme on l’appelle (Alexandre, le chanteur guitariste d’alex&Glo), il vous dira que le collectif existe depuis très longtemps, mais qu’on avait juste pas mis de nom dessus. C’est vrai, depuis un moment nous sommes une grande bande de groupes amis, qui s’admirent les uns les autres, et nous avons toujours eu envie de faire des choses ensemble. Un jour on a juste décidé de le faire concrètement (il y a un peu plus d’un an) !

Nous essayons d’organiser régulièrement des soirées où les groupes du collectifs jouent ensemble. Nous faisons également des compilations, parfois à thème (pour la dernière chaque groupe du collectif a repris une chanson d’un autre groupe à sa sauce, c’était vraiment drôle à faire, cette compile sortira à la rentrée mais les morceaux sont écoutables sur le net dès maintenant) !

Notre but est de se soutenir les uns les autres, et de faire profiter les autres de ce qu’on peut bien avoir à offrir (du matériel, du soutien, des talents d’arrangeur, de graphisme, de vidéaste etc…).


Muzzart: Vous avez mis en ligne un clip du titre “Forest” extrait du maxi. Avec qui avez-vous travaillé pour ce clip?


Ita: Voilà un bel exemple de l’utilité du collectif ! Nous avons été énormément aidés par nos fennecs ! Alexandre Cabanac d’alex&Glo nous a prêté du matériel, et a filmé une grande partie du clip, Mathieu Gervaise de My Ant et Girafes a également beaucoup filmé, Arnaud Vautard de Frankenstein Sexy Freak nous a beaucoup aidé pour les lumières (il est d’ailleurs notre ingé lumières)… Colin Manierka, proche du collectif, a fait le montage. Bref nous avons été superbement entourés !

Ce morceau est un de nos morceaux préférés ! Pour le moment, on s’amuse encore quand on le joue sur scène. Pour nous, il représente bien ce qu’on veut faire, ce vers quoi on tend musicalement, et il est assez énergique, ce qui nous manque en général… On ne s’est pas tellement posé la question, pour nous c’était une évidence qu’on ferait notre premier clip sur ce morceau.



Muzzart: Vous avez déjà joué sur plusieurs scènes de Bordeaux comme l’IBoat, le Krakatoa ou la Rock School Barbey pour la release party  de l’ep. Y-a-t-il des scènes et groupes de Bordeaux dont vous vous sentez proches et que vous souhaiteriez nous recommander?


Ita: La rock school barbey nous soutient depuis plus d’un an (rock school pro), c’est toujours un bon moment quand nous pouvons jouer là-bas (nous répétons également là-bas) ! Nous avons beaucoup aimé jouer au Krakatoa, ainsi qu’au Rocher de Palmer bien sûr, c’est toujours génial de pouvoir jouer sur des scènes aussi grandes ! Dans un autre registre, nous avons eu l’occasion de jouer pas loin de Bordeaux, au “Splendid”, à Langoiran, une très chouette salle aménagée dans un ancien cinéma, nous en gardons un super souvenir, on se souvient d’une ambiance très intimiste, un endroit vraiment original et chaleureux !

Pour les groupes, bien sûr on est obligés de citer les groupes des fennecs ! Aussi bien musicalement qu’humainement, ce sont des groupes à suivre… Bon après il faut avouer qu’il y a plein d’autres groupes super à Bordeaux en dehors des Disques du Fennec, mais bon, chuuut:) !


Muzzart quizz


Muzzart: Quel est le meilleur endroit pour écouter de la musique?


Ita : Un endroit calme et où il n’y a personne, où je peux aussi bien écouter le nouveau Warpaint, mais aussi “toutes les femmes de ta vie” des L5 si l’envie me prend…


Emeline (chant/guitare): idem


Blandine (chant/synthé): l’auberge musicale (à Bordeaux)


Michaël (batterie): Ma douche, ou j’ai découvert de très beaux albums et ou j’ai passé de très grands moments de musique.


Muzzart: Quel est votre dernier coup de coeur musical?


Ita : Nine Inch Nails. Je connaissais depuis un moment, mais pas très bien j’avoue, puis je suis allée les voir en concert à Toulouse, et là… Oulala. Pareil pour Massive Attack. Oui oui, je sais, je suis à la bourre !


Emeline : Son Lux, j’adore son univers pop et son habillage sonore et rythmique un peu noir. En ce moment, j’écoute aussi beaucoup St Vincent que j’ai vu au Primavera cette année. C’est ultra pop dans le fond, parfois ça me fait penser à du Madonna, mais avec des arrangements et une prod qui ont un vrai parti pris.


Blandine : Tame Impala


Michaël: C’est pas vraiment le dernier mais c’est le plus fort de ces derniers temps: le dernier album des Arctic Monkeys qui est meilleur que tous les albums cités plus hauts additionnés!


Muzzart: Dans quels festivals aimeriez-vous jouer?


Ita : Rock en Seine, Primavera, Glastonbury… Rêver c’est chouette !


Emeline : IDEM


Blandine : Le festival rock psyché (à Austin au Texas)


Michaël: Dans tous les festivals du monde!




 Merci à Le A


Muzzart: Vous avez déjà joué sur plusieurs scènes de Bordeaux comme l’IBoat, le Krakatoa ou la Rock School Barbey pour la release party  de l’ep. Y-a-t-il des scènes et groupes de Bordeaux dont vous vous sentez proches et que vous souhaiteriez nous recommander?


Ita: La rock school barbey nous soutient depuis plus d’un an (rock school pro), c’est toujours un bon moment quand nous pouvons jouer là-bas (nous répétons également là-bas) ! Nous avons beaucoup aimé jouer au Krakatoa, ainsi qu’au Rocher de Palmer bien sûr, c’est toujours génial de pouvoir jouer sur des scènes aussi grandes ! Dans un autre registre, nous avons eu l’occasion de jouer pas loin de Bordeaux, au “Splendid”, à Langoiran, une très chouette salle aménagée dans un ancien cinéma, nous en gardons un super souvenir, on se souvient d’une ambiance très intimiste, un endroit vraiment original et chaleureux !

Pour les groupes, bien sûr on est obligés de citer les groupes des fennecs ! Aussi bien musicalement qu’humainement, ce sont des groupes à suivre… Bon après il faut avouer qu’il y a plein d’autres groupes super à Bordeaux en dehors des Disques du Fennec, mais bon, chuuut:) !


Muzzart quizz


Muzzart: Quel est le meilleur endroit pour écouter de la musique?


Ita : Un endroit calme et où il n’y a personne, où je peux aussi bien écouter le nouveau Warpaint, mais aussi “toutes les femmes de ta vie” des L5 si l’envie me prend…


Emeline (chant/guitare): idem


Blandine (chant/synthé): l’auberge musicale (à Bordeaux)


Michaël (batterie): Ma douche, ou j’ai découvert de très beaux albums et ou j’ai passé de très grands moments de musique.


Muzzart: Quel est votre dernier coup de coeur musical?


Ita : Nine Inch Nails. Je connaissais depuis un moment, mais pas très bien j’avoue, puis je suis allée les voir en concert à Toulouse, et là… Oulala. Pareil pour Massive Attack. Oui oui, je sais, je suis à la bourre !


Emeline : Son Lux, j’adore son univers pop et son habillage sonore et rythmique un peu noir. En ce moment, j’écoute aussi beaucoup St Vincent que j’ai vu au Primavera cette année. C’est ultra pop dans le fond, parfois ça me fait penser à du Madonna, mais avec des arrangements et une prod qui ont un vrai parti pris.


Blandine : Tame Impala


Michaël: C’est pas vraiment le dernier mais c’est le plus fort de ces derniers temps: le dernier album des Arctic Monkeys qui est meilleur que tous les albums cités plus hauts additionnés!


Muzzart: Dans quels festivals aimeriez-vous jouer?


Ita : Rock en Seine, Primavera, Glastonbury… Rêver c’est chouette !


Emeline : IDEM


Blandine : Le festival rock psyché (à Austin au Texas)


Michaël: Dans tous les festivals du monde!




 Merci à Le A