Sweet Haze – EP

0
507
Quintet amienois dont les influences balaient un spectre large, allant du rock d’obédience punk au classique en passant par la pop ou le reggae, Sweet Haze a su évoluer favorablement pour en arriver, après une démo initiale, à ce EP impeccablement produit, à la jolie pochette rougeoyante. Symbole d’un groupe qui avance et digère ses influences pour gagner en cohérence, et porteur de cinq titres qui asseyent sa pertinence, dans le sillage d’un Don’t gorget your past qui surprend sur deux poins: la dynamique du son, conséquente, et son équilibre entre vigueur et délicatesse. Si le ton est pop et que le Brume reste Douce,  elle gagne ici en caractère et marie rock, pop et encarts synthétiques du plus bel effet. Renforcé par un allant mélodique estimable, ledit titre lance idéalement les hostilités. Puis c’est le gimmick entêtant de FES, impétueux, qui prend le relais pour assurer un début d’EP sans fautes. La dynamique rock et les riffs solides du morceau font la différence, à l’unisson d’un chant affirmé. on notera également, une fois de plus, la clarté du son (l’ep a été réalisé aux studios RBM, à Clermont -dans l’Oise-, et le prisé Bérenger Nail a bien entendu pris part à l’opération).
A mi-chemin, Age of raison (bel intitulé!) marie riffs presque funky et embardées rageuses, breake habilement pour ensuite se faire vif et démontre l’aptitude des Picards à construire avec à propos. Il y a à la fois du tempérament, et de l’âme, dans le rendu.
Ensuite, c’est un reptilien Maison close, massif mais délié, qui présente un rock leste et pourtant groovy, sec mais racé. Le refrain, efficient, contribue à son pouvoir d’attraction. La symbiose entre les instruments est audible, on suivra SH tant dans ses élans que sur ses plages plus chatoyantes et on lui permettra, en guise de conclusion, de s’assagir et se faire plus “sentimental” sur un touchant Betty’s gift. Un titre délicat, aux influences classiques, si je ne m’abuse, perceptibles, doté du piquant nécessaire et d’envolées bien amenées.
Lesquelles concluront un ouvrage en tous points notable, qui s’achève joliment par de douces touches de clavier et vient valoriser le parcours d’une formation bien entendu à suivre.