We are Enfant Terrible – Carry on

0
618
Trio lillois aux prestations live remarquables -et remarquées-, We are Enfant Terrible, mené par la très en vue Clotilde Floret (en symbiose avec ses deux hommes de main, le batteur survolté Cyril Debarge et le guitariste/claviériste Thomas Fourny), matérialise ce brio par un nouvel album qui, si on n’y retrouve logiquement pas toujours l’élan et l’allant du live, livre sa palanquée de titres electro-pop/rock largement au dessus de la moyenne.
Carry on, ledit opus, émoustille d’entrée de jeu avec Pin up butter, pop-rock aussi griffue qu’alerte et subtile au sein duquel voix enjôleuse, cadence marquée et sons plutôt minimaux, et obsédants, impriment des contours qui en plus de plaire vont, sur la totalité de l’album, se faire changeants sans perdre de leur cohérence. C’est le cas dès le titre suivant, Nurses run, mélodieux et nappé d’envolées synthétiques sobres que des guitares de choix relaient. Tout est ici conçu avec goût, dans une douce déviance qui caractérise le groupe. Lequel rafle les suffrages même lorsqu’il ralentit la course (Laze away qui vient parfaire l’entrée en matière avec son ton mélancolique).
Plus loin, You’re so rad, aux motifs entêtants qui mènent la danse, puis un electro-cold Ghettoblaster on the beach affirment la mainmise de WAET, entre finesse dans l’ornement et penchants plus mordants, les climats ainsi inventés et la répétition des vocaux et ambiances (un excellent You know nothing) hissant la rondelle à un niveau plus élevé encore. On n’en rate pas une miette, d’autant que la suite instaure un Restless lui aussi alerte, parfaitement embelli, aussi charmeur qu’impétueux, et dans sa foulée le riffant Hollow eyed. La suite et donc la fin ne fléchissant aucunement, entre Princess, au parfait croisement des trois courants explorés par le groupe, et Courtney qui déploie de façon lancinante une trame douce-amère assez “spatiale”. Avec dans l’intervalle un Proud as punch incoercible, au refrain fédérateur, et Who’s dressed qui greffe vocaux hip-hop et instrumentation énervée pour un résultat impeccable.
A l’image de ce Carry on de grande qualité, personnel et accompli, en parfaite illustration des concerts percutants de ces trois agitateurs inspirés.