Sexy Sushi – Vous n’allez pas repartir les mains vides?

0
677
Adepte de la “déconne porteuse”, bien plus pensée qu’il n’y parait, Sexy Sushi revient avec un double cd aux compos variant peu (un morceau devient instrumental sur l’un des deux volets, les climats changent de façon imperceptible ou presque, le mix également; peu importe on prend, ça fait partie du “jeu”), mais à la qualité musicale incontestable.
Sombre, “drogué ” (Mendiante, audible “normalement” et en version longue), loufoque sur un tempo vif (La baise, disponible lui chanté et instrumental), contestataire bien sûr sur fond sombre et cadence encore une fois affirmée, ce qui à l’arrivée crée une atmosphère à part (Je refuse  de travailler), Vous n’allez pas repartir les mains vides? renvoie assez de bizarrerie attirante, d’ingéniosité musicale pour qu’on s’y attarde, le tout dans une simplicité et un côté abordable qui en contrebalance l’étrangeté. On se prend donc au jeu et la suite nous donnera raison, les synthés aux gimmicks efficients de Stabat mater (qui avec Herr Silver se renomme Non, c’est définitif) ajoutant ensuite à l’impact de l’album.
Jamais ennuyeuse, l’electro de Herr Silver, donc, et Fraulein Warrior prend des chemins de traverse acidulés, use de paroles volontairement “simplistes” (Je doute) et fait mouche à chacun de ses détours. Son humour singulier le rend attachant, ses ambiguïtés dans le texte aussi (J’aime mon pays), sa relative noirceur en renforce l’attractivité et dès lors qu’on en a pris la mesure -c’est surement chose faite s’agissant des fans “ultimes”-, le rendu fait vite son effet. A partir de canevas répétés, faits de sons malins (Il faut plonger les enfants, La bombe), la paire forte, déjà, de dix ans d’insoumission tape dans le mille, ignore les chemins prédestinés et réjouit son monde. Mariant l’obscur et l’alerte, nuançant, si on peut dire, son propos à l’occasion (Retour de bâton), usant de jolies mélodies, Sexy Sushi conclut ici de façon tout aussi aboutie (Calvaire, qui devient Je ne suis pas satisfaite du tout et narre une tranche de vie singulière) et rend une copie de mauvais élève brillant et talentueux.