Binidu – Yes!

0
588
Après Papaye et son Tennis aux airs d’ace imparable, Kythibong, ô combien précieux, nous fait la surprise d’un autre trio nommé Binidu, dans lequel jouent les deux membres de Pneu et Vincent Dupas, seul maitre à bord de l’impeccable projet My name is Nobody.

Ainsi réunis, les trois comparses livrent sans crier gare un album de sept titres intitulé Yes!, qui puise dans leurs genres de prédilection, ici parfaitement imbriqués. Ainsi, on oscille entre grandiloquence poppy, élégance de tous les instants et écarts sonores fréquents et bien saupoudrés, Cameras & balloons démarrant dans la quiétude pour ensuite et sans se départir de sa grande beauté s’enhardir et imposer un rock de caractère. Des breaks judicieux relancent la machine, des sautes d’humeur rythmiques font de même et ce premier titre démontre tout le talent de Binidu, qui va continuer à nous régaler de la sorte six titres durant.

Catch your place, l’instant d’après, allie riffs durs et sons finauds avec succès, met en scène de bien belles voix et enfonce le clou d’une musique passionnante, bien équilibrée entre classe omniprésente et allant tantôt subtil, tantôt plus bourru. On ne s’ennuie pas une seconde, Fake monkey et sa trame insidieuse nous gagnant ensuite en usant pour cela d’une fin tapageuse mais aussi étincelante puis Underwater instaure un canevas psyché dans l’idée, de nature à emmener bien haut un auditeur déjà séduit.

Rien n’est à jeter, Losing my voice mariant ensuite accords agressifs et spirales soniques doucereuses avec une dextérité renversante. Les chants, mélodieux, exaltés (et exaltants) ajoutant au pouvoir de séduction de morceaux, fringants, de même que ces rythmes subitement, mais justement, haussés à l’occasion de ce titre et de Kings ultime morceau d’une réussite totale dont le contenu et la fin cadencée constituent l’un des temps forts d’un disque qui en compte un certain nombre. Ceci après Very nice swim, bizarrerie sonore façon Liars qui de façon insidieuse et constamment déviante vous gagne la caboche, par le truchement, aussi, de voix génialement loufoques et entêtantes

Réussite éclatante, Yes! fait partie de ces albums-surprise auxquels on ne s’attend pas, crées par des musiciens venus de groupes similaires dans l’esprit et unis par un élément que nul ne pourra jamais leur ôter: le talent