Un Rockin the Docks corbéen aux airs d’ultime confirmation, largement plébiscité…

0
821
Troisième édition d’un événement qui ne cesse de prendre de l’ampleur, le Rockin’ the Docks #3 organisé dans la jolie cité corbéenne et son affiche aussi complète qu’opportune imposent déjà un premier constat; l’événement draine une foule de fans garnie, qui remplira complètement une salle des Docks jusqu’à parfaire la satisfaction de la sympathique équipe organisatrice. Laquelle peut se targuer d’être parvenue à attirer dans ses bases deux monstres d’une mouvance “néo” aussi usée que constamment populaire: Sidilarsen, valeur montante du créneau, et des Mass Hysteria quasi immuables mais instamment sympathiques et efficients.


Sidilarsen

Avec, adjoints à ces deux noms à retenir, la présence de trois groupes régionaux (No name for all et son punk-rock basique, Elegant Fall et sa pop subtile et des Spark Gap fougueux, belle trouvaille judicieusement placée en “intro” des têtes d’affiche), le festival samarien aura largement enchanté son assistance, au bonheur perceptible devant le panel large et convaincant du soir, forcément convaincant, pour l’amateur de gros son.


Spark Gap

De No name for all donc, direct et percutant (parfois trop mais les gars, jeunes, sauront nuancer ce registre prometteur), à Spark Gap, marquant et annonciateur de belles promesses issues de concerts récents de belle facture (ce fut aussi le cas dernièrement à l’Ouvre-Boite de Beauvais), en passant par le carnet de route poppy, sensible et parfois plus enlevé, d’Elegant Fall, la partie régionale fut assurée avec brio, dans l’attente des “Mass” et des “Sidi” prévus à la conclusion. Et qui allaient se charger de leur “mission” avec un sens de l’échange et une générosité exemplaires, couplés à un solide registre, qui compensent le côté “fatigué” d’un style qui se répète inlassablement…sans toutefois se voir délaissé par une horde de “socios” entièrement dévouée à leur cause. Sidilarsen assurant le show à grands coups de riffs ravageurs et de son compact, Mass Hysteria prenant lui le relais avec bonne humeur, professionnalisme et gentillesse naturelle pour des fans dont l’attente prolongée par une panne de courant sera récompensée par une tournée d’El’Belle, bière locale de renom, assurée par le groupe lui-même, puis bien sur par un set intense, étayé en dépit du manque d’innovation par bon nombres d’hymnes et un jeu entrainant, solidifié par l’expérience significative de la clique. Cette dernière se livrant de surcroît à quelques jeux scéniques grandement appréciés d’une foule qui se retrouvera d’ailleurs sur scène pour le plus grand nombre, pour le bonheur de tous et avec pour effet de valider de façon définitive les choix de “prog” de l’équipe du Rockin’ the Docks.

De plus en plus crédible donc, un évènement affirmé et largement approuvé au cours duquel tout un chacun peut trouver son bonheur et son lot de moments notoires.

Photos William Dumont.