Suarez – L’indécideur

0
1435

Quatuor composé de Marc Pinilla, des trois N’Java – Max, Pata et Dada- et complété en 2011 par David Donnat, Suarez a sorti il y a quelques mois son deuxième album L’indécideur, après l’album On attend en 2008. La musique de ce groupe ne peut pas être comprise si on n’a pas à l’esprit le métissage qui fonde son identité. Pas simplement un métissage culturel, même s’il s’agit à l’origine de la rencontre entre les trois N’Java, Malgaches, et d’un étudiant belge mais avant tout un métissage musical. Ainsi, la musique malgache et aussi tout l’univers de la world music va se conjuguer avec la pop anglaise pour donner finalement un des grands groupes actuels de la chanson française, groupe qui s’est révélé sur scène en particulier dans sa tournée avec Yannick Noah.

« L’indécideur » : titre emblématique qui illustre parfaitement le ton de l’album. Ces musiciens ne veulent pas choisir entre les influences musicales et être un groupe ne signifie pas être un. Même si l’album est joué avant tout en acoustique, on passe sans cesse de musiques très pop comme « L’indécideur » , « Comme t’es belle » et « On s’en fout » à des musiques beaucoup plus douces. Ainsi, des titres comme « T’étais comme », « la danse » et « con de toi » montrent par leur calme que le choix de la langue française n’est pas anodin car il s’agit bien de raconter une histoire, une ambiance dans chaque titre qui compose l’album, des histoires d’amour, d’instants de vie qui font de leur album un ensemble de scènes de la vie ordinaire.

Mais, le groupe se permet aussi des chemins de traverse, comme le second titre, « Le temps de voir », qui est très proche de la musique de Ridan, ou la reprise de la chanson espagnole « Porque te vas », reprise si respectueuse que leur attention au texte s’y révèle peut-être encore plus que dans leurs propres compositions.

Mais, les mélodies malgaches et la world music ne sont pas oubliées puisque « Qu’est-ce que j’aime ça » et « J’aurais peut-être pu » y reviennent avec plaisir. Pourtant, tous ses fils ne sont aucunement décousus, bien au contraire. Le charme de ce groupe est de réussir, par un amour de la langue française, à réunir toutes ces tendances musicales.