Cold Specks – I predict a graceful explosion

0
607
Projet d’Al Spx, venue de l’Ontario pour s’installer à Londres, Cold Specks met en exergue, sur I predict a graceful explosion, une indie-folk matinée de soul, souvent gracieuse de par la voix de sa génitrice qu’accompagnent des musiciens sobres, qui “font le taff” avec application en formant de belles trames, fines (le superbe Blank maps) ou plus exaltées. La lassitude guette au recoin de compos souvent soignées, feutrées, mais le groupe y insuffle des arrières-plans sombres et parvient à bâtir des canevas prenants, dont l’énergie occasionnelle (Winter solstice) et la beauté générale font effet.

Il en résulte un bon album, auquel on adhèrera plus encore dans ses moments fiévreux, à mon sens trop peu nombreux (Hector, splendide) mais qui, alliés à des essais posés comme ceux du début de l’opus, ou faussement tranquilles (Heavy hands), créent un équilibre appréciable (Holland et ses percus insistantes). Les touches acoustiques greffées à un chant expressif et des choeurs avenants (Elephant head), ou encore les envolées à la fois rageuses et élégantes (Steady), donnant du coffre à un disque dont la fin, acoustique, boucle la boucle en imposant à nouveau la dualité voix/guitare sèche.

Bel ensemble donc, tant dans ses élans gracieux que dans ses montées en puissance dont on espère qu’à l’avenir, Al Spx et ses complices les pousseront plus franchement encore.