Un vrai concert coup de coeur à la Lune des Pirates avec THEESatisfaction et Ghostpoet

0
625
Concert Coup de coeur, l’appellation s’est avérée justifiée lors de la soirée consacrée à THEESatisfaction, duo féminin plutôt groove au départ mais bien plus large sur scène dans les styles abordés, et Ghostpoet, Anglais au hip-hop lui aussi pluriel et déviant.


THEESatisfaction

Les deux filles ont donc, en pôle position, surpris et enchanté un public Lunaire ravi par ses chorégraphies irrésistibles, expressives, et un registre chanté à deux, aux parties musicales enregistrées, qui en certains instants évoquait des Beastie Boys plus groove qu’à l’habitude, moins exhubérants et moins basés sur le délire. Aussi spectaculaire, donc, que musicalement ouverte et captivante, entre plages funky ou psyché et élans rock brefs mais marquants, sous couvert d’une “dansabilité” de tous les instants, la paire signée par…Sub Pop, preuve irréfutable de sa fiabilité, a donc livré un set enchanteur, peu commun aussi, aussi musical dans l’esprit que minimal dans la formule, mâtine de jazz et de soul. “…on fait partie de tout et de rien en même temps” déclarait Catherine Harris-White, l’une des demoiselles. C’est assez exact et pour le coup, cette non-appartenance assumée et maitrisée aura généré du bonheur, et des trémoussements, au sein de l’assistance picarde.


Ghostpoet

Le même type de surprise allait s’imposer avec Ghostpoet, au rap “dark” qu’étayent un guitariste et un batteur, la “baraque” londonienne y allant elle de son flow sombre et de parties de clavier acides en phase avec son carnet de chansons hybrides. A l’image de Dälek mais dans une veine plus “cool”, ça fusionne de façon “bifurcante” et on privilégie ici la musicalité obscure que la scène met en évidence, plus encore, que ses productions discographiques. Ceci tout en gardant un cachet hip-hop marqué, syncopé ou narratif, qui oscille en fonction des orientations des deux musiciens qui entourent Obaro Ejimive. Lequel se fend aussi de quelques ouvertures enragées dans le chant qui ajoutent à l’impact de sa prestation, parfois cosmique, teintée d’un groove sombre.

A l’issue, l’enchainement débouche sur un concert marquant de plus, justement qualifié de “Coup de coeur” par la salle du quartier Saint Leu, avant de repasser prochainement à d’autres genres. Avec pour trait commun, sans nul doute, une qualité estimable.

Photos William Dumont.