La surprise Hoquets et la confirmation Battant à la Lune des Pirates…

0
758
Grosse surprise récente avec son bric à brac musical hautement inventif, déjanté et basé sur l’utilisation de matériaux de récupération, le trio Hoquets avait l’honneur d’ouvrir pour le Battant de la sémillante Chloé Raunet.


Hoquets

L’ouverture, étonnante, s’est avérée être un superbe moment, à la fois dingue et pensé, maitrisé et instinctif, le tout sous couvert d’une fusion des genres savamment orchestrée. Les titres de Belgotronics, premier album fourre-tout de la formation incluant un Français, un Belge et un Américain, ont mis en joie un public clairsemé mais ravi d’assister à un tel set, peu commun et aussi dansant qu’en certaines occasions délibérément percutant. Entre percus bricolées et guitare de fortune au son génial, voix tous styles parfois braillardes, l’ingéniosité et la douce folie d’Hoquets ont permis un bien belle découverte et révélé un groupe dont l’univers pourrait aussi bien convenir à la programmation jeune public de l’endroit.

Hoquets

Joyau du label bruxellois Crammed Discs, Hoquets aura donc marqué de son empreinte et de sa présence une soirée qui débute donc fort, avant de se poursuivre, le doute n’est guère permis, de façon tout aussi probante avec Battant, qui joue désormais en quartet, aidé d’un batteur qui donne du coffre aux excellentes compos du groupe marqué dernièrement par la disparition de Joel Dever. Souriante ou plus grave, en tout cas dotée elle aussi d’une présence qu’on ne peut que prendre en compte, Chloé mène la danse et Battant, fort de deux albums sans défauts et d’un carnet de chansons solide, impose son electro-rock aux légères teintes cold, ponctuée par les titres forts que sont Radio rod ou Highway hopeful, combinés à ceux du petit dernier, As I ride with no horse. On ne regrette qu’une chose; l’absence de The lurker, Battant, à la fois froid et enjoué, distant et d’un charisme presque involontaire, mettant à son tour dans sa poche l’assistance du soir.


Battant

Une basse rondelette et la frappe précise de la section rythmique s’acoquinent avec des riffs nerveux, secs, et avec la voix caractéristique de Chloé, belle et touchante même dans la peine. Et au final, c’est à un soirée quasi-parfaite que nous aurons assisté en quittant le “Lune”, enchantés par ces deux prestations décalées et concluantes.

Battant

Photos William Dumont.