Little Dragon – Ritual union

0
859
Ayant fait son petit buzz avec Machine dreams, paru en 2009, Little Dragon récidive et offre sur Ritual union un mix electro-pop-funk gentiment (et pas assez) barré, qui débouche sur une collection, non dénuée d’intérêt mais pas non plus frappée de génie, de bombinettes dansantes et remuantes. Le quartet de Göteborg, en Suède, s’appuie sur des sons synthétiques et une basse insistante, une voix plaisante aussi, et crée une sorte de dance audible pour qui fait preuve d’ouverture et, en tout cas, jamais gratuitement et bêtement “club”. Des climats obscurs, comme sur Ritual union, donnent du caractère à ce funk mutant, assez ingénieux pour ne pas lasser trop vite et qui tient la distance sans varier outre-mesure mais en conservant du cachet.

Dommage qu’à la mi-parcours, un instrumental dispensable se présente (Precious), heureusement rattrapé par Nightlight…que des titres apaisés de la trempe de Seconds, ultime réalisation de l’album, viendront ensuite entacher. On regrette que l’opus, dont on pressent les aptitudes, s’en tienne à une attitude encore trop sage, s’en sortant tout juste par le truchement d’un bon nombre de morceaux enlevés, à l’enveloppe sonore plutôt bien pensée.

A côté de ça et quand cette vigueur se dilue, que les Nordiques optent pour un tempo plus posé (When I go out), on reste sur sa faim et finalement, on préfèrera l’amorce de cette nouvelle oeuvre, avant son essoufflement et sa perte d’inspiration, et ces cinq ou six premiers titres, parmi lesquels l’excellent Shuffle a dream se distingue particulièrement.