Fops – For centuries

0
798
Fops, duo unissant Chadwick Donald Bidwell de Rai Partha Vogelbacher et Dee Kessler de The More Shallows, avait déjà surpris son monde avec le plus que bon Yeth yeth yeth, et récidive avec ce EP qui sort….en cassette en édition limitée (45 exemplaires) ainsi qu’en digital, via Monotreme Records. On y tutoie l’excellence dudit album et Countless songs inaugure la série de sept chansons sous un aspect poppy mais déviant, soigné et truffé de sons légers, de belle manière, avec de petites touches electro bien distillées et une expérimentation bridée mais décisive. Puis Cheater Carolina, gentiment dissonnant lui aussi, qui allie relents psyché et grâce pop, le tout une fois encore bien orné, confirme la dextérité de la paire.

Les compositions de Fops sont un réel régal dont le noisy-folk de I shot a parakeet, ombrageuse et narrative, accentue le charme et la portée tout en validant la pertinence de ce For centuries sans “creux”. Fops in tour joue sur un climat à la fois rêveur et perturbé, saccadé, pour imposer sa trame prenante, et fait donc lui aussi ses preuves sans rémission. On pense aux liverpuldiens de Clinic et Dolive dreams, posé, délicat, à l’envolée retenue mais cadencée, crédite à son tour une union qu’on espère durable. I shot  a parakeet too, avec ses touches acoustiques, complète l’ensemble avec élégance, une élégance “abimée” par une kyrielle de sonorités peu communes, superbement imaginées.

Enfin, on a droit en guise de final à un essai de plus de vingt minutes, Ronald Wilson Reagan, à la fois brumeux, clair et noisy, exigeant mais ahurissant, qui met fin à un nouvel EP dont le contenu garantit brillamment la bonne tenue de Fops et laisse augurer de sorties à venir du plus haut intérêt.