The Bishops – Sojourn

0
930
Forts d’un nouveau membre, The Bishops changent par la même occasion de registre et passent sur ce EP d’un rock dynamique, garage, à une pop posée plu posée, étayée par des synthés un peu trop présents. La fougue des sorties précédentes est donc mise de côté et laisse place à un univers dont se dégagent des éléments new-wave et des cordes feutrées. Un arrière-plan gentiment tendu se fait entendre, mais l’ensemble ne décolle guère, ou en de trop rares occasions.

Nowhere to run illustre bien cela, avec sa fin brièvement troublée, avant que Finding out et ce même cheminement retenu, basé sur le piano et les claviers, n’officialise une orientation à parfaire, qu’on sent en cours d’élaboration et qui ne donne pas encore sa pleine mesure. Les frères paraissent chercher une identité nouvelle, mêlent pour cela plusieurs styles, et les promesses entrevues au détour des cinq titres de ce EP transitoire pourraient à l’avenir laisser place à un genre plus abouti, personnel, qui créditerait la formation londonienne.

Il en va, ainsi, d’un Push and pull bien étoffé, dont la rythmique s’emballe de façon appréciable, ou d’Oll korrect et ses souillures rock bien senties. Aérien, à la fois léger et doté d’un certain impact, ce titre démontre d’évidentes possibilités quant à l’élaboration de climats inédits.
Headlights (on), ultime titre de Sojourn, reste lui dans la retenue, dans un format pop d’abord cristallin puis plus énervé mais marqué, de façon trop insistante, par des cordes et des claviers trop dominants.

Sojourn marque donc une étape cruciale dans l’avancée des Bishops, en quête d’identité, et dévoile cinq morceaux marqués par l’incertitude liée à des investigations sonores et stylistiques pour l’heure moyennement porteuses.