The Gaslight Anthem – American Slang

0
1129
Ces gars du New Jersey sont, eux aussi, des grands fans du Boss. Ils ont grandi à un bloc seulement de la fameuse E Street, qui donne son nom au groupe qui accompagne Bruce Springsteen depuis plus de 30 ans. Et après un excellent second album, “The 59′ Sound“, je guettais avec impatience, et aussi un peu d’inquiétude, le retour de la bande de Brian Fallon.

Mais non, je n’ai pas été déçu. Les gars du New Jersey ont toujours en eux cette fougue juvénile, ce côté “col bleu” qui leur colle à la peau mais qui leur donne une énergie inépuisable. La filiation avec le glorieux aîné est toujours pertinente, mais The Gaslight Anthem appuie un peu moins ses références pour mettre plus volontiers sa patte. Si l’on devait la définir, ce serait certainement un mélange entre punk-rock et rock presque pompier, avec des choeurs, des rythmiques bien appuyées et une recherche de la phrase, de l’attaque de guitare qui fait mouche. Et c’est souvent le cas, sur les petites bombinettes que sont “Stay Lucky“, “Orphans“, “The Boxer” ou encore “The Spirit of Jazz“, autant de titres d’environ trois minutes, simples au possible (couplet-refrain-couplet-refrain…) mais d’une efficacité redoutable. Comme sur “The ’59 Sound“, le groupe ralentit par moments, et Fallon prouve qu’il n’est pas seulement un frontman toujours sur la brèche, mais est aussi un bon chanteur, avec une voix qui s’affirme et une façon de faire swinguer son chant (“The Diamond Street Choir“) ou scander sur “The Queen of Lower Chelsea” qui achèvent de le rendre charismatique, tant il semble mettre de lui-même dans son interprétation. Les thèmes qu’il affectionne sont toujours les mêmes : jeunesse, envie d’ailleurs, envie d’un avenir meilleur ou tout simplement constat d’une situation économique déplorable (le New Jersey n’est pas exactement l’état américain le plus aisé), et ce n’est pas l’ultime titre qui va dissiper le climat un peu désabusé qui habite le disque. Mais derrière ça, il y a une rage sourde, une volonté de s’en sortir, de conter des histoires d’êtres humains, de faire rentrer l’intime dans ces chansons qui claquent comme des hymnes de stade potentiels. A sa manière, The Gaslight Anthem perpétue le mythe du rêve américain…

Le site du groupe / le MySpace

Tracklist :
American Slang
Stay Lucky
Bring it On
The Diamond Street Choir
The Queen of Lower Chelsea
Orphans
Boxer
Old Haunts
The Spirit of Jazz
We Did It When We Were Young