FETE DE LA MUSIQUE 2010

0
1922

L’équipe Muzzart s’est donnée pour mission de rédiger un live report marathon à l’occasion de cette fête de la musique 2010. Une partie des rédaks y présente donc son ou ses coup(s) de coeur de la soirée.
Allez, c’est parti!

____________

Amenina
____________

Début de soirée assez tranquille. Je commence par Talence centre où des groupes de la ville se succèdent sur la scène installée sur le Forum des Arts et de la Culture. Un groupe en particulier me titille l’oreille alors que je finis de diner: des jeunes rockers dont je ne connaitrai jamais le nom et dont la chanteuse, un petit brin de femme à la voix prometteuse, s’est mise à crier “Killing in the Name” de Rage Against The Machine. Ce petit moment de nostalgie m’a directement mis dans l’ambiance.
Que serait la fête de la musique sans ses traditionnels groupes de reprises amateurs?

 

____________

Sylvain
____________


DREAM PARADISE

Je savais où me rendre et qui voir. Direction Pey Berland et le bar “Couleur Café”. Sauf qu’y arriver, c’est un peu comme dans Mario Bros, il y a pas mal d’étapes à franchir. Tout d’abord, la place de la Victoire, où se tenait une grande scène.
Ensuite, la Rue Sainte-Catherine. Presque 2 kilomètres de marche au son de musiques toutes différentes. Une bande de percussions me rappelait où se trouvait mon coeur, tellement ce dernier tremblait. Un groupe au loin reprenait un morceau des Kinks, le bassiste ne devait pas avoir plus de 12 ans, assez impressionant. Puis j’évite le plus gros piège, les bandas, j’entends par-ci par-là “On se croirait à Bayonne!”.
Enfin, J’arrive.
Les Dream Paradise, jeune groupe bordelais de folk aux accents pop, détendus, enchaînent avec plaisir les pistes de leur premier album auto-produit et attirent l’attention des passants.
La musique de Florian et Vincent, les 2 membres du groupe, nous rappelle qu’on est en juin, que c’est la fête de la musique et qu’on passe un excellent moment ici à Bordeaux.

____________

Thierry
____________

Les pérégrinations photographiques de notre photographe Thierry…

… sur le cours de l’Intendance …

… place du Parlement…

… et place Pey Berland.


____________

Ombrelle
____________

Une bonne fête, j’ai commencé à 20h00 à la Victoire où dès le premier groupe que je vois, on n’évite pas les aléas du direct. Bien que seulement deux sur scène, les Soft Gloves ont du mal à faire la balance et commencent leur set à 20h30. Malheureusement pour eux, le retard pris à cause d’un synthé qui a refusé de fonctionner lors de la balance écourtera leur prestation.


Mais on ne va pas rester là toute la soirée, direction la scène de la Rockschool Barbey… Internet, l’après-midi même, l’annonçait cours de l’Intendance, tandis que le plan officiel à côté de la scène de la Victoire, l’indiquait sur les quais entre la porte de Bourgogne et le Conservatoire… Après de multiples trajets, en vain, vers 22h30, je tombe sur le groupe Bismuth qui se produit sur une scène improvisée à même le sol aux résonances plutôt rock, jouant des reprises telles que “Je dis aime” de M devant une petite foule de spectateurs. A deux pas de là se tient une chorale aux chants sacrés, surplombée insolitement par Shrek sur un balcon.


Puis se laissant guider par là d’où vient la musique, c’est Bismuth que l’on retrouve de nouveau, pour leur dernier morceau: “Tostaki.” Il y avait davantage de public que lors de mon premier passage et vu comment le public avait l’air content de réécouter et de danser sur cette chanson, on se dit que Noir Desir peut revenir en toute tranquilité, leurs fans le sont restés.


Si c’est la fête de la musique, nos amies les sculptures de vaches disséminées un peu partout dans la ville ont également remportées un franc succès, quelques uns ont joué les cow-boys, comme un rappel de l’ambiance des férias, d’autant plus que les bandas qui déambulent ne sont pas forcément loin…

C’est finalement à 1h moins le quart que je trouve la scène Barbey, là encore, très rock, et sublimée par la beauté du cadre de la place du Palais. Idem un peu plus tard sur la Place Pey Berland où la cathédrale est illuminée des lumières de la scène et revêt alors un aspect coloré particulier…

1h50: Mes gambettes sont lourdes de tant de marche et auront vite fait de me porter jusque dans mon lit, où tant de musiques me feront me passer de berceuse… 

____________

Clara
____________

Lundi tout le monde était de sortie. Il faisait frais pour un 21 juin mais les groupes que j’ai vus m’ont réchauffée! Parmi eux, deux coups de coeur : Le groupe de rock chilien GUAKA et les LIBIDO FUZZ.

Le groupe GUAKA, né en 2003 a fait vibrer la place Fernand Lafargue sous les coups de 22h avec un rock latino mêlé au funk, sans oublier les percussions très présentes qui nous font nous trémousser au son des premières notes.
Les GUAKA mettent le feu partout où ils passent et ce concert n’a pas échappé à la règle, les pogos ne tardent pas à s’enchainer et les habitués et fans de fredonner les refrains engagés .
http://www.myspace.com/guakamusic

GUAKA

Quelques heures après me voilà (encore au premier rang !) devant la scène de la Place du Palais, il est 01h15, le set des LIBIDO FUZZ commence! Déja bien ancré dans la scène rock bordelaise depuis maintenant 4 ans, les trois garçons sur scène nous embarquent au premier riff dans un voyage psychédélique. Le chanteur et guitariste, ne manque pas d’energie et de charisme et les morceaux, teintés de blues et de groove, s’enchainent pendant que le public s’agite et danse. Le set se finit vers 2h… sur un “Kick Out The Jams, MotherFuckers !” qui ne donne vraiment pas envie d’aller se coucher…
http://www.myspace.com/thelibidofuzz

En un mot cette magnifique soirée c’était : “Groove tes fesses, chante l’été, cry la guitare. “.

____________

Zyx
____________

Cette année, j’étais à la fois spectateur ET musicien pour la fête de la musique.
Le rendez-vous a donc été pris à Saint-Quentin-de-Baron, petit village situé dans l’Entre-Deux-Mer (non loin de Créon).
Le concept est toujours le même depuis 16 ans : la mairie met à disposition une dizaine de scènes à l’intérieur du village afin d’y faire jouer une vingtaine de formations musicales.
Tous les styles y sont bien entendu représentés : chanson, reggae, rock, percus africaines, métal, bandas, gospel, classique etc …
Une ambiance chaleureuse où on prend plaisir à circuler entre les différentes scènes (malgré une affluence de plusieurs milliers de  personnes dans le village). Bref, une très bonne soirée, la preuve : le groupe dans lequel je joue a réservé pour l’an prochain !

 ____________________________________

Merci aux nouveaux rédaks de Muzzart:
Sylvain, Clara et Ombrelle

et
merci aussi aux plus anciens…