Sim#6 – Interview

0
1703

 


 





Après avoir reçu et chroniqué son CD 5 titres, édité chez PULSAR, SIM#6 a, bien volontiers, accepté de répondre à quelques questions pour Muzzart.






 

MUZZART : Quels sont tes projets à venir ? Enregistrement, concerts… ?


 


Pour les concerts, je vais essayer de tourner un peu partout en France et en Belgique à partir de septembre. Et puis j’essaie d’amener un peu de nouveauté aux lives, comme j’ai pas mal tourné en solo l’année passée je commence à travailler avec d’autres musiciens sur certains morceaux pour faire des dates très différentes les unes des autres !


Je vais aussi essayer de développer des concerts spéciaux pour les petits lieux. Par exemple, on a réarrangé avec des instruments “jouets” les compos de l’EP avec les Low Cost Music pour un concert dans un bar en juin.


 


En ce qui concerne les enregistrements, je rentre en studio fin août pour enregistrer deux nouveaux titres que je suis entrain de composer, ils sortiront probablement sur le premier album l’année prochaine.


 


 


MUZZART : Avec quel instrument composes-tu ?



 


C’est très variable ! Le plus souvent les morceaux me viennent d’abord en tête et j’essaie de les concrétiser au plus proche de ce que j’entends ! Les textes eux viennent toujours dans un second temps.


Sinon, c’est en fonction de ce qui me tombe sous la main : Un ordinateur, un clavier, une guitare…


En gros tous les instruments que j’utilise sur scène, je m’arrange aussi pour que les morceaux puissent être joués en étant seul sur scène.  


 


MUZZART : Est-ce que tu as des thèmes de prédilections ?


 


Pas vraiment ! La plupart du temps ça part d’un ressenti ! Ce sont souvent des textes  équivoques, à double sens, qui tendent à essayer de faire passer avec des mots simples une humeur, une tension, un état d’âme. Pour moi il y a souvent une dimension sociale cachée derrière ces textes, mais on peut y voir ce que l’on veut.  


 


MUZZART : Quels sont les artistes dans le monde, vaste, de la musique électronique ou autre, que tu apprécies ?


 


La liste est longue ! Je citerais avant tout The Notwist, Lali Puna qui influencent directement mon projet.


Mais en electro, comme ailleurs, j’ai des goûts très variés. En ce moment, j’écoute principalement des projets qui mélangent hip-hop et electro comme General Electrics ou Socalled. J’écoute pas mal de classiques aussi comme Tom Waits, The Velvet Underground, John Cale.


Un peu de chanson française aussi !


 


MUZZART : Pourquoi SIM#6 ?


 


LA question ! Et bien à la base c’est surtout un logo, de la recherche typographique. Mais il s’avère aussi que je me prénomme Simon et que c’est le sixième projet que je porte jusqu’à la scène. Et puis j’aime bien le côté imprononçable du truc, certains le prononcent à la française, d’autre avec un accent anglais improbable, certains pensent que c’est un accord…


 


MUZZART : Quel a été l’évènement déclencheur qui t’a orienté vers la musique ?


 


J’ai commencé le piano par hasard vers huit ans, puis ado j’ai monté un groupe de rock par désoeuvrement…


Non plus sérieusement, j’ai toujours écouté beaucoup de musique et en écoutant il m’arrivait souvent de me dire que tel son à tel endroit serait chouette, que ce refrain aurait été bien comme ça. Alors j’en suis arrivé assez naturellement à faire mes propres morceaux !


 



MUZZART : Qu’est-ce qui était accroché aux murs de ta chambre d’adolescent ?


 


Des photos de Björk et des posters de Deftones un très grand nombre de “billets d’absence” et une collection imposante d’as de piques que je volais systématiquement pour empêcher les gens de jouer aux cartes.


 




MUZZART QUIZZ : Si tu étais une chanson, tu serais plutôt


         “Protection” de Massive Attack


         “Sunday morning” du Velvet Underground


         “L’aigle noir” de Barbara


 


Même si “l’aigle noir” est tentant, définitivement “Sunday morning” du Velvet Underground, mais je préférerais encore être “All Tomorrow’s Party”.



 


MUZZART QUIZZ : Quel est ton Beatles préféré ?


 


George Martin ! Ou alors à la rigueur le vrai Paul McCartney, celui avant novembre 66.


 


 







 Fab’