Laurence REVEY – Laurence REVEY

0
1566


Quand nous avons reçu au bureau de la rédaction Muzzart, ce disque, au seul titre « Laurence REVEY », j’étais curieux de savoir ce qui pouvait se cacher derrière. Cette pochette, surprenante, avec une Laurence REVEY telle un christ sur la croix, côté pile ou côté face, aucune information à son sujet, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais après la première écoute, une grande émotion s’en est suivie.


 


Depuis son premier album en 1997 « Derrière le miroir », Laurence REVEY a toujours su bien s’entourer pour enrichir son univers, du bassiste de Peter Gabriel, au collectif d’Asian Dub Foundation, en passant par Chris BIRKETT le producteur du merveilleux « Nothing compares 2U » à Valgeir Sigurdsson collaborateur de Björk.


 


Après une tournée Européenne, et un deuxième album sorti en 1999 « Le creux des fées » enregistré dans une petite église en Italie avec une fanfare locale, Laurence REVEY depuis poursuit donc son chemin en brouillant toujours les pistes.


 


Avec ce disque, Laurence REVEY nous entraîne dans son univers onirique, fantastique et spirituel, au-delà des frontières des mondes connus.


 


Au-delà des frontières, oui, car pour cette chanteuse originaire d’Helvétie, le mélange des cultures et des langues est palpable, à l’instar d’un de ses compatriotes, Stéphan EICHER, les langues Française, Anglaises et Italiennes sont mêlées, avec une voix tour à tour envoûtante, douce, mélancolique et énergique.


 


Musicalement, les barrières sont aussi repoussées, on passe de titre electro-pop (« I know ») à du triphop « Irraison », « Your soul », de dance music (si on doit oser une référence, Madonna « Music ») à des ambiances lounge notamment dans une reprise du fameux « Requiem pour un con » de Serge GAINSBOURG, fallait oser mais le pari est largement réussi ; même la musique classique est présente mais elle aussi passée dans un filtre, celui de musiques traditionnelles d’Europe centrale.


 



Le 12e et dernier titre très épuré « Ma oue / allehlujah» termine ce disque dans une ambiance chamanique et tribale, les voix d’un choeur de Mongolie et la voix de Laurence REVEY se mêlent pour nous emmener loin, loin, loin.


 


         On plonge dans ce disque, au plus profond de l’âme humaine, par un mélange de modernité et de rythmes du fond des âges, de diversité de style à une cohérence d’ensemble, car c’est probablement toutes ses facettes que Laurence REVEY nous présente et d’une bien belle façon.


  






Laurence REVEY” 2008


Jour/nuit – I know – Irraison – Your soul – Requiem pour un con – Valts’in – Stay – Tomorrow – Le maundo – L’eau – Ave maria (aijou marie) – Ma oué / Allehlujah –







Site


 


Fab’