JE T’AIME « Passive » (Icy Cold/Manic Depression, 14 février 2022).

0
933

Déjà bonnard sur sa sortie studio précédente, JE T’AIME refait parler de lui -positivement- avec ce nouveau LP nommé Passive. Celui-ci recoupe dix morceaux juteux, Curiens sans que ça jure, parfaitement lancés par Another day in hell. Les parisiens s’y font cold, frisent le Pornography, valident des aptitudes que leurs scènes ont pu démontrer. Dans une mélancolie animée, ils s’emparent de l’auditeur. Dirty Tricks, bourre-pif rock’n’roll fonceur, pulse tous azimuts. On les suit, décidé, dans ces efforts de fougue et de nerf. On est heureux de les retrouver, dans une forme optimale, pour de nouvelles festivités. Lonely days et sa basse cold bien en chair, ses notes à la Motorama et synthés « de décor » perpétuent un savoir-faire qui ne se délite pas. L’énergie prévaut, couplée à des mélodies notables. Passive, JE T’AIME ne l’est surtout pas; il est, bien au contraire, farouchement acteur de son avancée.

Ainsi Unleashed, lui aussi percutant, le montre t-il une fois de plus à son avantage. Chant canaille, motifs à retenir font ce qu’il faut pour faire surnager, clairement, un début d’album sans failles. Il m’arrive de penser, à l’écoute des voix, aux excellents Sarah W_Papsun. JE T’AIME use presque, ici, d’un break dub. Mais son orientation est, on l’aura compris, cold et parfois new-wave, post-punk, à la croisée de ces courants dont il tirent les meilleures choses. JE T’AIME n’est pas vieux, son premier single ne date que de 2018 et si ses influences persistent sans lui porter préjudice, il empile les sorties accomplies. Passive en est, la vêture électro de Stupid Songs (feat. Ophelia) le dote d’une texture nouvelle et fait retomber la pression sans flinguer la valeur du rendu, loin de là.

Plus loin Cold, bombinette post-punk griffue, en remet une poêlée. L’opus sort chez deux écuries irréprochables: Manic Depression Records et Icy Cold Records. Je le précise mais vous le saviez, par chez eux on ne fait pas dans la soupe insipide. Quelques boucles de synthés plus tard Blood on fire, également compact, alerte, voit ces mêmes « keyboards » tisser un bazar joyeux et entrainant. On ne s’ennuie décidément pas, Passive nous aime et nous régale tout en balisant un parcours d’ores et déjà éloquent. Give me more kohl, rapidement céleste, me donne raison et prolonge l’adhésion sur des abords cold qui s’étoffent avec efficience. Passive passe vite, comme tout disque susceptible de rafler les votes.

En sa fin On the phone, de guitares aiguisées en cadence sèche et gimmicks un brin funky, touches presque reggae (si si) itou, fait mouche à son tour. JE T’AIME ratisse large sans se perdre en chemin, peaufine son approche et élève ses compositions. Marble heroes, basse froide en bandoulière, distille pour finir un climat Curien bien prenant car fatalement, ça fait partie du clan parisien. Sur plus de sept minutes, c’est un déroulé vif qui s’offre à nous, histoire de complètement nous rallier à la cause JE T’AIME et aux nombreuses réussites qui créditent dBoy, Tall Bastard et Crazy Z.