You Said Strange « Thousand Shadows Vol​.​1 » (Exag’ Records/Le Cèpe Records, 3 décembre 2021).

0
874

Basé à Giverny, You Said Strange en arrive avec ce Thousand Shadows Vol​.​1 à son deuxième album, après Salvation prayer sorti lui en juin 2018. On y trouve, assez jubilatoires, huit morceaux qui tracent, marient galopades et mélodies, s’enflamment et renvoient de la flamme. Enregistré dans leur home studio d’Evreux, c’est un coup gagnant que Mourning colors, en pôle position, emmène dans des tons kraut, dans le rythme, et plus pop dans le chant. Les ritournelles sont valables, les guitares s’amusent à se raidir et sans se médire le combo constitué de Martin Carriere (bass – vocals), Eliot Carriere (guitar), Matthieu Vaugelade (drums) et Hector Riggi (guitar), qui aime aussi à flirter avec le shoegaze, débute idéalement. So sorry, batterie déchainée en avant, teinté de sonorités célestes, se saccade ensuite et, psyché comme groovy, grimpe à son tour vers les sommets. You Said Strange a là toute la matière nécessaire à dépasser le statut de simple espoir, Thousand shadows et ses riffs au scalpel vient d’ailleurs onduler au gré de ses mélopées et coups de sang. Des tons légers, vocalement, se couplent à des excès soniques bienvenus.

Avec Mediterranean on détale, derechef, en griffant. Le genre est un peu hybride, rock certes, alerte, post-punk dans les coins, intensément mélodique. Les mecs de l’Eure font aussi du bruit, ça leur va si bien, font dans l’urgence, mettent du polish et passent la sixième. Il plait sévère, ce Thousand Shadows Vol​.​1 qui défouraille, sort des rails et voit le jour chez les immanquables Exag’ Records et Le Cèpe Records. On a les structures qu’on mérite, le groupe s’est doté pour cela de tous les atouts qui lui apporteront. Talking to the rats, massif, amène de son côté des abords plus pesants, agités notamment sous le joug du drumming de Matthieu. Il est très bref, dommage car je pense qu’en se déployant, il aurait à coup sûr raflé les suffrages.

Ce n’est rien, dans sa foulée Run Away livre un rock racé mais aussi caractériel. You Said Strange a du chien, se fait uni, recourt à des gimmicks de nature à le créditer. Il joue bien, dans le collectif. Des cuivres ponctuent la fin du titre, puis on passe à Treat me qui, rapide, associe tons psyché, poppy, et trouées plus soniques. Le refrain se retient, comprenez se garde en tête, les chants s’y allient. L’élégance pop de la clique est une gage supplémentaire de séduction, ses incartades tout autant. Tout ça est amalgamé avec goût, le saxo fait ici un retour remarqué. Puis ça stoppe, les gaillards ont sûrement tout dit. C’est Landed, dans une vivacité pop-rock de bon aloi, qui se charge de mettre un terme à cette nouvelle cuvée probante jusqu’à son terme.

Décoré de sons volants, d’obédience psyché, rythmé et bienfaisant comme une brise d’été, l’ultime morceau assied le mérite de ce Thousand Shadows Vol​.​1 qui jamais ne s’égare, constant sur tous les points. Je « triomphe », voilà un énième groupe hexagonal en mesure de tenir la dragée haute aux références hors-frontières. C’est légion, nous en détenons un bon nombre et You Said Strange est incontestablement à ranger dans cette caste, armé d’un album sans défauts et d’une belle vigueur qu’accompagnent des mélodies soignées.