Turquoise « Voix off » (2 titres.Freaksville Records, 24 septembre 2021).

0
639

Auteur, fin 2019, d’un premier EP méritoire, Turquoise « from Belgium » récidive avec deux titres plutôt frontaux, joué sans trop se hasarder. Quid du bazar? Une réussite totale et intégrale, aussi post-punk que shoegaze, un brin électro avec le groove que ça génère, chantée en Français dans un féminisme qui l’honore. Tumulte, turbulent, se fait le premier digne représentant d’un clan dont on espère, aguiché par la parution en présence, un format long rapide. Guitares simples et efficientes, basse cold, rythme urgent. Zblam!, la diff’ est faite. Le truc est vif, troussé en s’inspirant de mouvances qui, pour le coup, se marient dans l’harmonie. Les dispositions sont conséquentes, comme pour tout groupe débarquant de chez Freaksville Records. C’est frustrant, on est tellement enthousiasmé qu’on en voudrait quatre ou cinq, de morceaux de c’te trempe. Pas grave, ça viendra et mieux vaut assurer de bout en bout sur un format trop court que faire dans le perfectible sur une dizaine de compos. Avec Turquoise pas d’tout ça, aucune ombre au tableau. On se fade la seconde torpille, nommée Voix off, avec grand plaisir. Elle trace, offre un chant mélodique sur cadence poussée et guitares remontées.

Dans le même temps, ça pulse et ça renvoie une vigueur incoercible. Des notes plaisantes, et même plus, ornent le titre. En live c’est pareil Mireille, le groupe sort d’ailleurs d’une Release Party sans équivoque. Sarah Boom et ses acolytes jonglent avec les styles, ceux qu’ils affectionnent. Avec les époques, révolues mais réactualisées par leurs soins avec pas mal de savoir-faire. On se pose peu de questions, si ce n’est les bonnes. Turquoise assure sévère, poursuit sa route et balance des clins d’oeil inspirés à ses quelques sources, bien digérées, le temps de deux roquettes absolument parfaites.

Bandcamp Turquoise/Freaksville.