Crème Solaire “Pannenstreifen ist ohne pic​-​nic” (We Don’t Make It Records, 5 février 2021).

0
865

Duo suisse formé par Pascal Stoll et Rebecca Solari, Crème Solaire vient de Fribourg. Il fait de l’ Intuitive electro cloudy punk absurde nice gentille sympa metal croustille opéra trap poétique slam techno music. C’est aussi simple et normal que ça. Un Bébé? bien taré, entre autres, est sorti en juin 2020. Pannenstreifen ist ohne pic​-​nic lui fait suite, chanté en cinq langues, lancé par un Autobahn/Autobahn à l’électro trépidante et orageuse. Les vocaux sont barjots, le rythme effréné. C’est l’Autoroute, quoi. La capsule Crème Solaire est incontrôlable, incontrôlée aussi. Dach/Terasse se la joue international, lance des gimmicks fatals. Sacrebleu!, c’est la folie! Voilà une paire déglinguée, créative et n’ayant que peu d’égaux. Pasta bolo/Boulot boloss n’arrange psychiquement pas son cas, mais fait grandir son accroche.

Appuyé, le titre est à la fois alerte et saccadé, chanté sauvagement, entrainant jusqu’au bout de la nuit. Sa fin percute, elle fait ensuite place nette pour ce Radar!!!/Trop tard!!! qui grille les feux et s’engonce lui aussi dans des sons décisifs. Les synthés dérapent, les voix déraisonnent. Uomo/Dorme, de son côté, débute nébuleusement pour développer une trame spatiale vocalisée en Italien, si je ne m’abuse. Crème Solaire est à étaler généreusement, il protège du mainstream et lui met de grands coup de botte dans les notes. Ca fait du bien, Bad/Bave narre et se hache, songeur, hypnotique. On passe, pour le coup, par un large éventail de sensations fortes.

Nous voilà donc bien embarqués, Flum/Biöt sert des boucles et bruits qui nos chopent par le colbac. EBMindus, aussi cosmique que remuant, il déchire tout. Les Helvètes n’en font qu’à leur tête, c’est le meilleur moyen de ne pas se soumettre. Live/Like fait dans le cool, un brin funky, délié. 999bpm/666bpm le précède, l’irrévérence est de mise. On joue sur les sons, sur la vitesse de défilement, on délire dans le texte car tout est prétexte, sur l’album, à partir en vrille et imposer un côté foutraque génial. Le tout est de plus vigoureux, sans chaines ni règles précises. Bitume/Fragile s’envole et galope, rappe et groove. On passe du coq à l’âne, on maîtrise parfaitement, pourtant, le bazar qu’est Pannenstreifen ist ohne pic​-​nic. Crème Solaire fait un carton, Peau/Lisse prolonge la danse et Saïd b++++ la police. On a droit, à nouveau, à une nuée de sons trop bons. C’est la fête, en ces temps de défaite.


Photo Thalles Piaget

Pascal et Rebecca, hébergés par We Don’t Make It Records et ça aussi c’est pas mal du tout, filtrent une tambouille relevée. Less/More laisse, également, les sons fuser de toutes parts. Destructuré, Crème Solaire est pourtant très constructif et son disque fortement addictif. Sa dernière salve, intitulée Philippe/Rebecca, fait les présentations. Une fois de plus, ses mots font le con. Philippe!, répété, obsède. Ce morceau final est, comme bien d’autres, énergique, se tempère parfois, fait des loopings, rebondit sur le bitume, va crasher quelques sons plus loin. C’est du tout bon, ces deux-là vont me faire mon week-end avec leur écarts astucieux. Par la même occasion, on accueillera avec plaisir une énième découverte issue des montagnes Suisses, dans un pays où nichent de nombreux projets à suivre de près.

Site Crème Solaire / Site We Don’t Make It Records