Drahla “Live in LA” (Captured Tracks, 4 septembre 2020).

0
225

Trio anglais post-punk à la voix féminine qui fait son effet, Drahla se fend en ce début de rentrée d’un Live à L.A., enregistré le 10 octobre 2019 pour Part Time Punks. L’objet sort dans une bien belle cassette audio, tirée à 100 exemplaires,ainsi qu’en digital. Il restitue bien l’intensité du clan de Leeds, par le biais de six titres parmi lesquels aucun ne s’élance sans franchir, victorieusement, la ligne d’arrivée. Form of luxury et sa basse cold, ses guitares ardentes, lancées par une énergie punk et une cadence qui galope, avec pour “décor” un break façon Sonic Youth quand il pose le jeu, dégage déjà bien le terrain. Luciel pose son chant sensuel/mutin, entre art-rock et bruitisme circa late 70’s, classieux et brut à la fois, Drahla bataille et gagne le duel. Les collègues, soudés, ferraillent comme on aime. Un Pyramid estate court et efficient, entre urgence et saccade, ne reste pas en rade. Le groupe, que j’ai découvert par le biais de son excellent Useless coordinates (mai 2019), emprunté à la médiathèque de ma ville, produit un raffut profitable.

Plus loin, Twelve Divisions of the Day use d’un procédé habituel chez la clique (tracer, mêler nuance et attitude frontale). Les chants s’y confrontent, l’opposition masculin-féminin est ici d’un bel apport. React, lancinant dans un premier temps, baisse en vitesse mais gagne en climat. Après un début hésitant, il fonce et, vocalement, charme à nouveau dans une certaine déviance. Ses notes répétées, ses riffs secs, font la différence. Stimulus for living déboule après lui, il déploie les mêmes avantages qu’à l’accoutumée. Drahla s’impose car, au delà de la qualité de ses compositions, il se dote d’une véritable identité. Vrai, il ne triche pas.

La fête ne s’étalant que sur six titres, on en arrive déjà au terminal Features of Reverse. Arty sans qu’on s’en lasse et positionné entre des genres divers, qu’on appellera “post-wave” et “cold-punk”, pour changer, il clôt un live à l’image du groupe: sauvage et pourtant de classe, dans la lignée d’albums, et d’eps, d’un impact similaire. Sortie estimable donc, qui s’ajoute à une discographie bien campée et permettra de plus à ses acquéreurs de disposer d’un bien bel objet, rendu plus précieux encore par son tirage restreint.

Site Drahla

Bandcamp Captured Tracks