The Rebels of Tijuana “La Dominicaine EP ” (13 décembre 2019, Le Pop Club Records/Echo Orange/Urgence Disk)

0
345

“Adoucis” sur leur précédent effort (Asile, octobre 2018), où ils se montraient plus “contemplatifs” qu’à l’habitude, The Rebels of Tijuana reviennent à la source fuzzante sur La Dominicaine EP, jolie surprise dotée de 4 titres solidement ficelés. On ne s’en plaindra pas, être classieux c’est bien mais envoyer l’est tout autant et on sait de plus la clique suisse capable de le faire avec un panache audible et (très) profitable.

Ca part donc avec C’est immense, yéyé griffu et saccadé dont ressort une verve “maison”, des solis brefs et déviants aussi, qui ouvre royalement la voie. C’est Noël avant l’heure, on retrouve chez le groupe une attitude “Rebel” follement élégante qui lui va comme comme un gant…de velours dans une musique nerveuse. Dont on s’éprend, comme on le fera donc à l’occasion des brèches soniques délectables de Chameau. C’est un peu comme si on était sur le dos de l’animal en question, qui soudainement s’affolerait et nous imposerait des secousses vertigineuses.

On accepte joyeusement, c’est un peu ce qu’on vient chercher. Ca ne dure “que” 4 titres mais on les mettra souvent dans le player; il s’agit là, certainement, d’un EP à classer parmi les meilleurs du moment. Elle triomphe (eux aussi, pour le coup…) présente un bel ornement, qui borde comme il faut les giclées fuzz du groupe. Il y a dans leur rondelle de vinyl, attirante jusque sur sa pochette, un psychédélisme polisson, du sale joué proprement. Ou du propre joué salement, c’est selon, intéressant dans ses textes comme dans ses pourtours musicaux. L’énergie souillée des Rebels of Tijuana fait merveille, en ce temps de l’année où pour pas grand-chose et de façon forcée, on s’émerveille. Là au moins, il y a matière.

Ainsi, et après la fin noisy de ce Elle triomphe, Joué d’avance (ça l’était, oui) offre son yéyé enlevé, riffeur et hauts en couleurs. C’est immense, c’est dense et de joie on danse. On ne peut, alors, s’empêcher de penser que sur la durée d’un album, ce type de contenu ferait fureur. C’est le cas ici et si le quintet d’Alexis Kacimi est performant quel que soit le chemin pris, on le talonnera avec grand plaisir sur cette voie jonchée de sorties de route fuzz qui feront le buzz.

Site Le Pop Club Records

Site Echo Orange

Site Urgence Disk