John Makay “Crom” (12 avril 2019, Et mon cul c’est du tofu?/Tandori records)

0
177

John Makay, si tu aimes la différence, la recherche sonore et rythmique, l’investigation stylistique, tu te dois de connaître. Formé en 2004, originaire d’Abbeville et basé à Amiens, le duo constitué de Johnlalo (batterie) et Johngiovanni (guitare/synthé) -les 2 amienois officiant de façon parcimonieuse au chant- signe des sorties certes éparses, mais qui laissent des traces. Dans le corps, dans la caboche, dans l’esprit qui, malmené par une zik versatile et pertinente, ne s’en remet pas totalement.

Avec Crom, nouvelle réalisation forte de cinq titres, les Picards ne tardent pas à cogner. Ils le font avec maîtrise, avec mesure tout en gardant une force de frappe qui, depuis un long moment, sert leur intérêt. Il était et sera John! livre en effet un math-rock aux riffs insistants, où tous les sons sont bons et font légion. Le début est loin d’être un rebut, il tient ses promesses et Bombardier Transportationz le renforce avec force mais justesse. John Makay change de direction(s), joue bien, joue juste et n’obéit en aucun cas à la norme. S’il peut lasser avec son “tout instru ou presque”, il l’élabore avec assez de tact pour qu’on y laisse nos sens.

Avec Ten days away, finesse et tapage se rendent son pour son. L’imbrication est habile, l’orientation sans cesse judicieuse. Johnaldinho prend des accents dépaysants, instaure des voix qu’on aimerait entendre plus fréquemment. Math-rock de base, John Makay sait étendre, et animer, ce format qui parfois peut faire souffler. Ici ce n’est pas le cas, Crom finissant sur un format étiré aux consonnances funky qui font danser (Corail).

Des voix, ou plutôt des choeurs dans un premier temps, y apparaissent. Les riffs funk font sensation, puis un chant en relief, cette fois, s’invite à la fête. S’il n’inclut “que” 5 morceaux, Crom réserve son lot, fourni, de moments forts. Cet ultime essai en est un, avec sa fin un tantinet prog dont les sons répétés et les assauts modérés par des plages bien pensées s’avèrent attrayants et inventifs. Du “maison” à la hauteur des capacités, estimables, des 2 gaillards.

Bandcamp John Makay