C’était en ce mardi soir, à la Lune des Pirates, le A l’Abordage! #2 concocté par des bénévoles qui, pour le coup, s’étaient donné le mot: tenue de garagiste pour tous, histoire d’attirer l’regard. Et de montrer qu’on sait, quand il le faut, mettre les mains dans l’cambouis.

Ce faisant, ils ont réussi dans leur entreprise et non contents de se distinguer visuellement, se sont appuyés sur les pépites du label Howlin’Banana pour en extraire 2 fleurons destinés à rendre leur événement incontournable; Brace! Brace!, dans un premier temps, puis les rennais de Kaviar Special. Parce que les bénévoles, ils constituent une ressource. Ils livrent des idées, donnent sans trop compter, génèrent de la bonne humeur et trouvent une place légitime dans le paysage musical hexagonal. J’en veux pour preuve les 2 sets du soir, avec pour ouvrir, donc, la pop sagace de Brace! Brace, petits jeunes déjà matures dans leur façon de jouer et de concevoir des morceaux loin d’être sots. S’ils font preuve de subtilité, les adeptes d’une “free pop” qui séduit par…sa liberté, justement, n’oublient pas de secouer de temps à autre le cocotier. Ils sortent de chez Howlin’ Banana, on n’est par conséquent aucunement surpris de leur prestation mais on la saluera, en même temps qu’on validera le choix des bénévoles Lunaires, inspirés.

On change alors la disposition scénique et c’est une tournure plus garage, façon Oh Sees ou Ty Segall, que prend le show avec Kaviar Special, magistral. C’est du Kaviar, joué avec conviction, chanté à plusieurs, que nous sert le combo renais. C’est psyché, garage, pop et rock’n’roll, c’est dense et intense. Kaviar Special ratisse large, le live fait briller son unité, sa force de frappe. Nombreux sont les titres qui nous emportent, il n’y à vrai dire que ça ou presque. On braille comme on peut faire dans le mélodique et tout passe crème. Crème mais avec des grumeaux, des aspérités, de la rudesse qui n’élimine pas les mélodies lumineuses.

Vous l’aurez compris, les bénévoles ont frappé fort. Kaviar Special est le reflet, percutant, de leur réussite. De Rennes sont issus pléthore de groupes probants et celui de ce mardi confirme brillamment le constat. Son live est de ceux qu’on n’oubliera pas, de ceux qui, sauvages, canalisent la rage et lui donnent libre cours dans le même élan. Le pogo est soutenu, colère rock et velléités mélodiques enfantent un rendu qui enflamme la Lune. Cette dernière à réussi le pari de fédérer ses bénévoles, avec au bout du compte un énième concert chaud comme la braise et sans creux ni faiblesses.

Photos William Dumont.