The Jesus And Mary Chain à la Rock School Barbey

0
394

Pour fêter ses 30 ans, la Rock School Barbey accueille The Jesus And Mary Chain le 31 mai 2018 ( en coproduction avec le Krakatoa). Ce groupe rock mythique a sorti un nouvel album en 2017: Damage And Joy. La première partie du concert sera assurée par le bordelais Sam Fleisch. 21H. 28/31 euros

événement Facebook

C’était un dimanche pluvieux de Décembre 1989. Le 17 exactement.Bordeaux était encore une ville noire, crasseuse, sombre et déprimée.
Presque cold wave, totalement batcave, pas encore de hipster et de bobos, c’était Gotham City. Bien rock quoi.
On était en plein dans le rock indé anglo-saxons, et avant le tsunami grunge qui allait exploser et changer la donne.
On venait du punk et du rock alternatif français, et on embrassait cette nouvelle scène en marge des grandes majors, cette scène qui ferait partie de notre histoire et de notre adn, ouvrant la porte à d’autres concerts mémorables : Dinausor Jr, Urban Dance Squad, Pavement, Bad Brains ou Fugazi notamment.
Presque 30 ans après, contre toute attente, on est encore là, et eux aussi.
On les invite à venir fêter ça avec nous et ils seront là, en chair et en os pour partager ce moment.
Immanquable…”


The Jesus And Mary Chain
“Dans une Grande-Bretagne du milieu des années 1980, convertie aux productions trop lisses de la pop synthétique, les guitares avaient retrouvé de l’allant romantique avec The Smiths. Dans la foulée, The Jesus and the Mary Chain leur redonnaît le goût du cuir et du soufre.
Dans une banlieue de Glasgow, les frères Reid (Jim au chant, William à la guitare) célébraient leurs obsessions rock en assemblant la morgue hypnotique du Velvet Underground, les mélodies naïves des Beach Boys ou des Shangri-Las, et un bruitisme provocateur hérité de la vague punk. 
Leur album “Psychocandy” est aujourd’hui considéré comme l’un des albums cultes de la “noise pop”, bien entendu, ce Psychocandy a inspiré moult créateurs rock, de My Bloody Valentine en passant par Sonic Youth jusqu’au Pixies et j’en passe.”