Fête souterraine: Chien Noir, Barbagallo + Malik Djoudi au Krakatoa

0
421


Le Krakatoa de Mérignac vous propose une “fête souterraine” le 1 mars 2018. En effet, dans le cadre de la tournée organisée par la plateforme La Souterraine, la salle accueillera sur sa scène Malik Djoudi, Barbagallo ainsi que le bordelais Chien Noir. 19H. 13/15/18 euros

événement Facebook

CHIEN NOIR(Folk / Bordeaux)
“En s’inspirant de chanteur français comme William Scheller, Françoiz Breut, ou Dominique A, et de musiciens anglo-saxons comme Sufjan Stevens, Nada Surf, Power Dove…C’est dans sa cave, avec sa guitare et quelques machines, que Jean aka Chien Noir compose ses premiers titres. Des titres de ce genre de chanson rare, mélodique et sensée, sombre et lumineuse à la fois.”


Julien Barbagallo(Chanson /France)
“Discrètement mais sûrement, à l’écart des modes et des tendances, Julien Barbagallo s’est construit un parcours sans faute. Jugez plutôt : le natif d’Albi a tenu la batterie d’Hyperclean, Bertrand Burgalat ou Tahiti 80, et jongle désormais entre Aquaserge,le groupe de ses vieux amis (avec lequel il se produit également aux Trans Musicales) et Tame Impala, soit la formation australienne la plus populaire de ces dernières années. Parallèlement, le multi instrumentiste compose une oeuvre solitaire et intimiste, en anglais sous le nom de Lecube, et en français sous son simple patronyme. Il est d’ailleurs souvent question de simplicité dans cette chanson française pas comme les autres, où quelques voix filtrées s’entremêlent à des guitares acoustiques, caressées de subtiles touches synthétiques et d’un peu d’occitan.”



Malik Djoudi(Chanson Electronique /France)
“Un romantisme de dandy pas trop sûr de lui, qui convoque Christophe, Sébastien Tellier et William Sheller, une voix qui flotte dans les airs tout près de Connan Mockasin, une sourde intensité mélodique qui trouble à la manière de Blonde Redhead, une intimité dont James Blake a retrouvé le secret…Et des mots en français qu’il manie avec grâce et candeur, sur une trame électro pop toute aussi épurée.
“Tu sais, j’ai peur de rien, à part du vide, qu’il anime mes lendemains”. Non, Malik Djoudi n’a peur de rien et son premier album vient combler un vide dans le paysage français.”


PARTAGER
Article précédentPale Grey – Waves
Article suivantDas Geld – Hesitation
joseffeen
rédactrice en chef, chargée de communication, responsable news