JC Satan (release party) + Cockpit au Krakatoa

0
905
Dans le cadre de ses “Pépinière Parties”, le Krakatoa de Mérignac vous propose d’assister à la release party du groupe bordelais JC Satàn (rock garage) le 15 janvier 2016. JC Satàn partagera la scène du Krakatoa avec un autre groupe bordelais: Cockpit (rock garage). Concert à 20H. 10/12 euros.
Meilleure affaire jamais conclue entre les villes de Bordeaux et Turin depuis le transfert de Zinédine Zidane, J.C. Satàn est d’abord l’association à la fin des années 2000 d’Arthur et Paula : le premier construit des cathédrales de bruit tout en ruptures vertigineuses, la seconde écrit des poèmes liturgiques qui résonneront dans la nef les jours de messe noire : après deux albums peu relayés chez Slovenly Records (Sick Of Love en 2010, et Hell Death Samba en 2011), les amis du label Teenage Menopause prennent les choses en main et éditent Faraway Land (2012), sur la pochette duquel nos deux compositeurs sont dessinés dans la position de la Vierge à l’Enfant.”

“A  force de faire la même musique dans les mêmes endroits, on tend à faire des groupes sans raison particulière. Cockpit, ce n’est pas tout à fait ça. Ils ont tous joué avec les mêmes musiciens pour au final se retrouver à jouer ensemble parce que c’était la seule combinaison qui avait vraiment du sens. Tout comme leur musique, le nom Cockpit leur est venu dans l’urgence. Ce nom court mais efficace affiche bel et bien leur goût de l’altitude psychédélique et de la vitesse effrénée. Ce groupe bordelais s’est donc formé de façon simple, dans des concerts, une bière à la main. Leur but : élever le rock garage dans lequel ils ont baigné (voir même se sont noyés) pour atteindre un grunge aérien, rapide et puissant. Leur son rallie “l’ambiance” bon enfant du garage mais marche sur ses compositions, en jouant plus vite, peut-être trop pour être du grunge. Dans leur sillage abrasif, on peut reconnaitre Jay Reatard, Destruction Unit, les grands frères de J.C Satan, dans leurs delay glaçants des groupes tels que Polvo, Swirlies, Soft Moon… Monter en flèche, se crasher et finir le set.”